Chamonix-Mont-Blanc : un lac glaciaire "qui pourrait provoquer des inondations dans le village" sera purgé en août, explique le maire

Eric Fournier, maire de Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie) annonce que sa commune est en train de mener des travaux pour creuser un chenal, qui doit éviter le débordement d'un lac glaciaire et donc des inondations.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Des touristes devant la Mer de Glace de Chamonix-Mont-Blanc, le 11 juillet 2023. (OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP)

Des "travaux de précaution indispensables pour éviter" qu'un lac glaciaire "déborde" sont en cours cet été à Chamonix-Mont-Blanc, indique le maire Eric Fournier dimanche 30 juillet sur franceinfo. Le lac, qui s'est formé avec la fonte du glacier des Bossons, pourrait sinon "provoquer des inondations dans le village en contrebas", selon lui.

"La formation de lacs" au pied "des glaciers est une conséquence du changement climatique sur ces altitudes médianes", explique Eric Fournier. La commune de Chamonix-Mont-Blanc a donc entamé des travaux, à l'aide de deux petites pelleteuses, pour "creuser un chenal qui va permettre d'évacuer d'une manière plus graduelle l'eau qui s'est accumulée sur la partie terminale de ce glacier", précise le maire. La vidange progressive du lac est programmée durant la première quinzaine du mois d'août.

Une quinzaine de milliers de mètres cubes à purger

"Il n'y avait pas de risque ou de péril imminent, mais en la matière, il vaut mieux être d'une très grande prudence et anticiper", estime-t-il. Il n'est "très clairement" pas question d'évacuer les habitants de Chamonix à l'avenir, assure Eric Fournier, car "le chenal qui va être créé sera un exutoire de l'eau qui deviendra naturel" avec le temps. Dans l'immédiat, "on est sur un volume d'eau d'une quinzaine de milliers de mètres cubes, qui sera purgé graduellement, et qui ne pourra pas revenir", précise le maire. 

Les créations de cuvettes et de lacs glaciaires risquent de se multiplier à l'avenir, "comme il fait plus chaud, plus longtemps, plus haut", détaille Eric Fournier. Il existe déjà une dizaine de lacs glaciaires et sous-glaciaires dans le massif du Mont-Blanc. Pour autant, cela ne signifie pas que des travaux seront nécessaires à chaque fois. "On intervient que lorsque un danger est susceptible d'apparaître pour les biens et les personnes. Heureusement, ce n'est pas le cas souvent. Pour la plupart, les glaciers ne surplombent pas des maisons", conclut le maire de Chamonix-Mont-Blanc.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.