Autoroute A69 Toulouse-Castres : "La réponse sur tous les projets routiers, dont celui-ci, arrivera d'ici le début de l'été", promet Clément Beaune

Publié
Article rédigé par France Info
Radio France
Clément Beaune affirme qu'il a demandé dès janvier une revue "de tous les projets autoroutiers" en cours. L'analyse du ministère tiendra compte des enjeux actuels : la lutte contre l'artificialisation des sols, la réduction des émissions de CO2, l'aménagement et le désenclavement des territoires ou encore le coût des projets.

"La réponse sur tous les projets routiers arrivera d'ici le début de l'été", "dont celui" du projet d'autoroute entre Toulouse et Castres, a assuré le ministre délégué aux Transports Clément Beaune, lundi 24 avril sur franceinfo, alors que plusieurs milliers d'opposants à l'autoroute A69 Toulouse-Castres ont manifesté samedi à Saïx (Tarn), dénonçant un projet qu'ils jugent contradictoire avec l'urgence climatique.

>> Crise climatique : entre Toulouse et Castres, la lutte s'organise contre l'autoroute A69, jugée "anachronique"

Clément Beaune a précisé qu'il avait demandé dès janvier une revue "de tous les projets autoroutiers" en cours. Selon le ministre, "il est hors de question de faire comme avant". L'analyse du ministère tiendra compte des enjeux actuels : la lutte contre l'artificialisation des sols, la réduction des émissions de CO2, l'aménagement et le désenclavement des territoires ou encore le coût des projets. "Il est clair qu'on va réduire la part des projets routiers. Il y en aura moins pour donner une priorité assumée aux transports publics et aux transports ferroviaires", a-t-il précisé. Néanmoins, le ministre reconnait que l'A69 devant relier la métropole toulousaine à Castres est "un projet spécifique parce qu’il est le projet le plus avancé". "Il y a des travaux qui ont commencé, on est dans un état de droit : il y a eu des règles et des procédures et à chaque fois la justice a confirmé ce projet", a rappelé le ministre délégué chargé des Transports.

"Réduire les impacts environnementaux" de l'A69 "me paraît possible et souhaitable", a-t-il poursuivi. "J'ai déjà annoncé que sur des projets autoroutiers qui paraissaient aujourd'hui complètement déconnectés, qui n'étaient d'ailleurs souvent plus attendus par les élus (…), ces projets, je les ai suspendus, voire supprimés", a expliqué Clément Beaune qui défend une analyse "projet par projet". Il a déjà dit non à un tronçon Poitiers-Limoges, il a suspendu un tracé au Sud de Lyon. Concernant l'A69, des élus du Tarn ont dénoncé un projet en "totale contradiction avec l'urgence climatique", quand d'autres soutiennent le projet, dans la mesure où cette nouvelle infrastructure routière réduirait d'une vingtaine de minutes le trajet Toulouse-Castres en 2025.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.