COP26 : "C'est très bien qu'il y ait cet accord sur le charbon mais il est largement insuffisant", estime une chercheuse

"Cela ne va pas empêcher la construction de nouvelles centrales en Chine ou ailleurs", a affirmé ce jeudi sur franceinfo Sandrine Mathy, directrice de recherche en économie de l'environnement et de l'énergie au CNRS.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
De la vapeur s'échappe des tours de refroidissement d'une centrale électrique au charbon à Huai'an, dans la province chinoise du Jiangsu, le 20 juillet 2021. (FANG DONGXU / MAXPPP)

"C'est très bien qu'il y ait cet accord sur le charbon mais il est largement insuffisant", a estimé jeudi 4 novembre sur franceinfo Sandrine Mathy, directrice de recherche en économie de l'environnement et de l'énergie au CNRS, au sein du Laboratoire d'Économie Appliquée de Grenoble (GAEL). Lors de la COP26, au moins 19 pays et de nombreuses organisations ou financeurs ont annoncé jeudi s'engager à mettre un terme d'ici la fin de 2022 au financement à l'étranger de projets d'énergies fossiles sans techniques de capture de carbone, parmi lesquels de grands investisseurs comme les États-Unis et le Canada.

franceinfo : Le charbon est-il encore très utilisé ?

Sandrine Mathy : Il est largement utilisé dans la production d'électricité au niveau mondial puisqu'à peu près un tiers de la production mondiale d'électricité est faite à partir de charbon et ce principalement dans les pays asiatiques, mais également aux États-Unis et dans les pays européens. Donc, cet accord est un enjeu majeur.

Ces pays sont-ils déjà dans une phase de réduction de la production de charbon ?

Les émissions de CO2 sont reparties à la hausse. On voit que la Chine n'a pas prévu de réduire ses émissions à très court terme puisque le pic de ses émissions de CO2 ne viendra qu'à l'horizon 2030. Ce qui est contradictoire lors de cette COP c'est que l'on croule sous les annonces de neutralité carbone à l'horizon 2050-2060, mais ces objectifs apparaissent totalement déconnectés des décisions qui sont prises pour le très court terme. C'est très bien qu'il y ait cet accord sur le charbon mais il est largement insuffisant puisque cela ne va pas empêcher la construction de nouvelles centrales en Chine ou ailleurs. Une centrale à charbon a une durée de vie de 40 ans, donc si elle est construite aujourd'hui, dans 40 ans elle sera encore là. En 2020, en Chine, il y a eu l'équivalent de 40 gigawatts de production d'électricité à partir de charbon. En 2060, ces centrales à charbon seront encore présentes. La réduction de la consommation de charbon à partir de 2030 c'est trop peu ambitieux. Une étude parue dans Nature dit que 90% des réserves de charbon, il faut les laisser sous terre. Si on n'a pas la Chine, les États-Unis et l'Inde dans l'accord et si les horizons sont 2030 et 2040 pour les pays en développement c'est beaucoup trop peu ambitieux.

Les signataires de cet accord s'engagent à ne pas construire de nouvelles centrales à charbon à l'étranger. Qu'en pensez-vous ?

Il y a déjà des annonces qui avaient été faites dans ce sens durant cette année où y compris la Chine s'engageait à ne pas financer de centrales charbon à l'étranger. C'est très bien. Ce qu'il va se passer c'est qu'il va y avoir une défiance vis-à-vis de ces énergies très polluantes et qu'il est fort à parier que finalement les grands groupes qui investissent dans ces centrales n'iront plus trop vers ces technologies. Mais quand on voit les plans nationaux de construction de centrales thermiques il en reste énormément.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers COP26

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.