Face au "mur du 5 décembre" des mouvements sociaux, Emmanuel Macron allège son agenda international et n'ira pas à la COP25

Les appels à faire grève le 5 décembre contre la réforme des retraites s'accumulent dans le secteur des transports et au-delà. 

Emmanuel Macron, le 19 novembre 2019.
Emmanuel Macron, le 19 novembre 2019. (IAN LANGSDON / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Emmanuel Macron ne participera pas à la COP25 qui démarre le 2 décembre à Madrid et ne restera qu'une journée au Sommet de l'Otan, le 4 décembre à Londres, a appris franceinfo jeudi 21 novembre, confirmant une information du Parisien. Le déplacement prévu en Côte d'Ivoire le 11 décembre est en suspens.

A l'Elysée, on parle d'une séquence internationale allégée avant le "mur du 5 décembre", selon les mots d'un proche du président de la République, à propos de la grève interprofessionnelle qui pourrait paralyser une grande partie du pays.

Selon ses conseillers, le chef de l'Etat n'est pas inquiet mais "concentré". Il doit expliquer et rendre compte de son action aux Français, les écouter aussi, avancent-ils. C'est pour cela qu'il privilégie les déplacements dans les territoires, à Epernay (Marne) la semaine dernière, à Amiens (Somme), ces jeudi et vendredi.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.