TRIBUNE. Cinq jeunes Français de la Convention citoyenne pour le climat en appellent à Greta Thunberg pour "accroître la pression" sur le gouvernement

Ils ont été tirés au sort pour participer à la Convention citoyenne pour le climat. Ils demandent aujourd'hui l'appui de Greta Thunberg pour amener le gouvernement à "faire face à l'urgence climatique et à prendre les mesures appropriées".

Greta Thunberg pendant le Forum économique mondial à Davos (Suisse), le 21 janvier 2020.
Greta Thunberg pendant le Forum économique mondial à Davos (Suisse), le 21 janvier 2020. (FABRICE COFFRINI / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

À l’approche de la prochaine session de la Convention citoyenne pour le climat, qui se tiendra vendredi 6 mars, cinq jeunes membres de la convention signent une tribune publiée mardi 4 mars sur franceinfo pour amener le gouvernement français à faire face à l'urgence climatique. Dans cette tribune baptisée "Lettre à Greta Thunberg", ils écrivent à l'attention de la jeune suédoise de 16 ans pour lui proposer une rencontre en France afin d'obtenir son soutien et d'amener le gouvernement français à prendre les mesures nécessaires. "Nous avons en effet aidé nos dirigeants à "faire leurs devoirs" et nous n'accepterons pas qu'ils remettent à plus tard leurs actions de lutte contre le changement climatique", écrivent-ils. 


Chère Greta,

Nous, Selja (16 ans), Nicolas (17 ans), Jocelyn (16 ans), Radja (17 ans) et Eloïse (17 ans), avons été tirés au sort avec 144 autres citoyens français de tout le pays, pour participer à la Convention citoyenne pour le climat (CCC).

Nous avons commencé nos travaux en octobre 2019, et nous avons eu l'occasion d’auditionner des scientifiques qui nous ont présenté les faits sur le changement climatique. Si beaucoup d'entre nous étions conscients du réchauffement climatique, appréhender la gravité et l'urgence de la situation à laquelle nous sommes confrontés nous a tous choqués. Depuis lors, nous n'avons cessé de travailler, au sein de la Convention, en élaborant des mesures sur les politiques de logement, de transport, d'alimentation ou de consommation, mais aussi dans notre vie de tous les jours, en mobilisant nos familles et nos amis.

Le président Macron s'est engagé à soumettre les propositions législatives et réglementaires issues de la CCC "sans filtre" soit à un référendum, soit à un vote au Parlement, soit à une mise en œuvre directe. Alors que la fin de nos travaux approche - nos conclusions seront adoptées et présentées début avril - nous ressentons le besoin de faire connaître davantage ce que nous faisons et aussi d'accroître la pression pour que notre gouvernement agisse rapidement.

Nous avons en effet aidé nos dirigeants à "faire leurs devoirs" et nous n'accepterons pas qu'ils remettent à plus tard leurs actions de lutte contre le changement climatique.Selja, Nicolas, Jocelyn, Radja et Eloïse

Nous souhaitons tout d'abord vous remercier, ainsi que tous les participants des "Friday for Future", d'avoir contribué à sensibiliser le monde entier à l'urgence climatique. La préoccupation et la mobilisation croissantes pour lutter contre le changement climatique, mais aussi l'échec de la France à définir une transition verte et juste, ont conduit à la création de notre assemblée. La France ne parvenant pas à atteindre les objectifs climatiques fixés par l'accord de Paris, nous avons reçu le mandat de définir des actions qui permettront d'atteindre une réduction d'au moins 40 % des émissions de gaz à effet de serre de la France d'ici 2030 (par rapport à 1990) dans un esprit de justice sociale.

Nous aimerions vous inviter à venir nous rencontrer en France pour vous présenter notre travail au sein de cette assemblée et, nous l'espérons, obtenir votre soutien dans notre mission pour amener notre gouvernement à faire face à l'urgence climatique et à prendre les mesures appropriées.Selja, Nicolas, Jocelyn, Radja et Eloïse

Nous serions très heureux de vous recevoir à Paris, pour partager avec vous nos propositions dans le cadre d’une rencontre avec les membres de notre assemblée.