Climat : déçus par des mesures "pas assez ambitieuses", des membres de la Convention citoyenne en appellent aux parlementaires

Les 150 citoyens de la Convention citoyenne pour le climat se sont réunis une dernière fois dimanche, et ont sèchement noté la traduction par l'exécutif de leurs propositions.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Emmanuel Macron participe à la Convention des citoyens pour le climat, au siège du Conseil économique, social et environnemental à Paris, le 10 janvier 2020. Photo d'illustration. (YOAN VALAT / POOL / AFP)

"C'est décevant, c'est un projet de loi qui n'est pas assez ambitieux par rapport à nos mesures", a déclaré dimanche 28 février sur franceinfo Benoit Baubry, membre de la Convention citoyenne pour le climat. Les membres de la Convention ont sèchement noté la traduction par l'exécutif de leurs propositions, avec une note globale de 3,7 sur 10. Benoit Baubry lance un "appel aux parlementaires pour nous aider à mettre en place de nouveaux amendements, pour essayer de réduire au maximum les gaz à effet de serre".

franceinfo : Ces notes en-dessous de la moyenne que vous attribuez au gouvernement, cela traduit une profonde déception ?

Benoit Baubry : Oui, bien sûr. C'est décevant sur la prise en compte de nos mesures et puis il y a aussi le non-respect de la parole donnée, notamment sur le "sans-filtre". Ça n'est pas tenu, c'est un projet de loi qui n'est pas assez ambitieux par rapport à nos mesures. On voit bien que ce texte n'atteint pas les 40% de réduction des gaz à effet de serre d'ici 2030. Et même avec ce texte, l'État se donnera-t-il les moyens de la mise en place ? Je fais un appel aujourd'hui aux parlementaires pour nous aider à mettre en place de nouveaux amendements, pour essayer de réduire au maximum les gaz à effet de serre.

Concrètement, quelles sont vos principaux motifs de déceptions ?

Le crime d'écocide. C'était l'une des mesures phares, la reconnaissance de l'écocide en tant que crime, et non de délit. Vous savez, on aurait pu présenter ces 149 mesures au référendum, mais on a voulu faire confiance au législatif, en les mettant devant leurs responsabilités. Après, il y a d'autres mesures notamment sur le logement, les passoires thermiques ou sur la publicité. D'où nous vient ce combat ?

Avant je n'en n'étais pas conscient, mais avec ce que je sais aujourd'hui du réchauffement climatique, des fois je me dis je regrette d'avoir fait partie de cette Convention citoyenne pour le climat parce que je sais quel va être notre avenir. Je me dis qu'avec ce texte de loi, il y a l'avenir de mes enfants et de mes petits-enfants, et on ne va pas assez loin, c'est pas bon.

Il y a eu un moment donné une possibilité du recours aux citoyens via un référendum, vous ne l'avez pas fait et avez fait confiance aux élus. Est-ce que vous le regrettez ?

Il ne faut jamais rien regretter dans la vie, mais on se rend compte que cette Convention citoyenne, c'est magnifique, c'est un outil formidable. Mais ce qui est dommage c'est qu'on vient nous chercher pour nous demander notre avis, nous demander une réflexion et à la fin on ne tient pas compte de cette réflexion pour le jugement, c'est ça qui est dommage.

Les membres de la Convention citoyenne vont continuer à rester mobilisés ? On sait que vous avez créé un collectif pour peser dans le travail parlementaire..

Oui, bien sûr. On a créé l'association "Les 150", et puis, on reste unis pour défendre notre projet de loi à nous, nos 149 mesures, en se disant : quelqu'un au pouvoir aura-t-il le courage de passer outre les contraintes politiques et les lobbies ? On sera toujours là pour défendre nos mesures.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.