La Convention citoyenne pour le climat attribue de mauvaises notes à l'exécutif quant à la reprise de ses propositions

Les 150 citoyens tirés au sort se réunissent pour la dernière fois, dimanche, alors qu'un texte de loi inspiré d'une partie de leurs 149 propositions vient d'être présenté.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des représentants de la Convention citoyenne pour le climat discutent avec des membres du gouvernement, dont Jean Castex et la ministre de l'Ecologie Barbara Pompili, le 20 juillet 2020 à Matignon. (XOSE BOUZAS / AFP)

Avant de tirer leur révérence, les membres de la Convention citoyenne pour le climat ont tiré un bilan amer de la "prise en compte" de leurs 149 propositions par l'exécutif. Les mesures du gouvernement inspirées par les travaux de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) ne permettront pas d'atteindre l'objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre, ont jugé les citoyens réunis pour leur dernière session, dimanche 28 février.

Les 119 citoyens étaient présents en visioconférence. Il leur était demandé d'évaluer, sur une échelle de 0 à 10, si les décisions gouvernementales allaient permettre de "s'approcher de l'objectif de diminuer d'au moins 40% les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030, dans un esprit de justice sociale". La majorité des citoyens présents a jugé que non, avec une note moyenne de 2,5 sur 10.

Sur les six grandes thématiques, le gouvernement obtient une note moyenne de 3,8 : de 3,4, pour "se loger", à 4,1 pour les propositions sur la gouvernance. La reprise des propositions des thèmes "produire et travailler", "se nourrir" et "se déplacer" a été notée 3,7 à chaque fois, et celle des propositions sur la consommation, 4 sur 10. Les membres de la Convention devaient encore voter pour répondre dans l'après-midi à quatre questions plus générales, tirant le bilan global de l'exercice.

Des citoyens déçus sur l'écocide et le transport aérien

Quelques mesures spécifiques dépassent la moyenne : la réforme de l'article 1er de la Constitution pour y introduire la lutte contre le changement climatique, par exemple, a recueilli la note de 6,1. Mais la traduction d'autres objectifs emblématiques de la CCC a été durement jugée : "limiter les effets néfastes du transport aérien" a obtenu une note de 2,8, et l'introduction dans le droit d'un délit "d'écocide", alors que la Convention proposait d'en faire un crime, a été notée 2,7.

Démarrée en octobre 2019, la convention avait remis, en juin, 149 propositions au président de la République, qui en a rejeté trois et s'était engagé à transmettre les autres "sans filtre". Le gouvernement comptabilise aujourd'hui 75 mesures mises en œuvre et 71 en voie de l'être. Certaines ont trouvé place dans le plan de relance ou le budget, d'autres dans des décrets et une quarantaine dans le projet de loi Climat et résilience, présenté début février au Conseil des ministres, et qui sera débattu à l'Assemblée fin mars.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.