Circulation différenciée : comment les automobilistes s'organisent

Le pic de pollution enregistré mercredi 27 février engendre des restrictions de circulation, notamment à Lille (Nord) pour la première fois, mais aussi à Paris, où les automobilistes, plus habitués, s'organisent.

FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

À la gare de Saint-Quentin-en-Yvelines (Yvelines), ce parking de 1 000 places se remplit, mercredi 27 février. Pour les propriétaires de véhicules interdits de circulation, car trop polluants, il faut laisser la voiture et prendre le train. "J'ai oublié de commander ma vignette, donc je vais y aller en train pour ne pas risquer d'amende", témoigne une automobiliste. Seuls les véhicules étiquetés CritAir de 0 à 3 peuvent circuler, les autres ne peuvent pas pénétrer dans Paris et sa proche banlieue. Cela concerne 334 000 voitures étiquetées Crit'Air 4 et 72 000 Crit'Air 5. Le dispositif existe depuis près de trois ans, mais dans la matinée certains automobilistes semblent encore le découvrir.

Le covoiturage plébiscité

Des alternatives sont plébiscitées, comme le covoiturage, qui enregistre une augmentation de 8% de trajets intra-Île-de-France cette semaine. Pour Ada, une enseigne de location de voitures, la circulation différenciée est une bonne nouvelle.

Le JT
Les autres sujets du JT
La circulation différenciée, via vignette, est maintenant mise en place dans plusieurs villes de France.
La circulation différenciée, via vignette, est maintenant mise en place dans plusieurs villes de France. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)