Cet article date de plus de sept ans.

Pollution : où l'air est-il le plus irrespirable en Ile-de-France ?

Pour le quatrième jour consécutif, le seuil d'alerte de concentration en particules fines a été dépassé dans l'agglomération parisienne. Le Val-d'Oise et la Seine-Saint-Denis sont particulièrement touchés.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La vitesse sur les routes a été réduite de 20 km/h sur certaines voies, et les forces de l'ordre vont renforcer les contrôles anti-pollution des véhicules. (JACQUES LOIC / PHOTONONSTOP / AFP)

La pollution aux particules fines ne faiblit pas. Pour le quatrième jour consécutif, le seuil d'alerte de concentration de ces minuscules poussières dangereuses pour la santé est déclenché en Ile-de-France, jeudi 12 décembre. L'agence régionale Airparif, chargée de la mesure de la qualité de l'air, publie une carte des zones les plus touchées.

Les zones rouges sont celles où le seuil d'alerte, fixé à 80 microgrammes de particules par mètre cube d'air, est dépassé. La situation est ainsi particulièrement préoccupante au nord et à l'est de la capitale. Les départements du Val-d'Oise (notamment dans une zone allant de Sarcelles à Cormeilles-en-Parisis)  et de la Seine-Saint-Denis (particulièrement l'ouest du département, autour de Saint-Denis) sont les plus concernées par cette alerte.

 

Vitesse réduite sur les routes

La préfecture de police de Paris a communiqué une liste de mesures (en PDF) appliquées jeudi afin de limiter la pollution. La vitesse sur les routes a été réduite de 20 km/h sur certaines voies, et les forces de l'ordre vont renforcer les contrôles anti-pollution des véhicules. L'utilisation de feux de cheminée en agrément ou en chauffage d'appoint est également interdite jeudi.

Les personnes particulièrement sensibles sont invitées à éviter les activités physiques. Inutile en revanche de s'équiper d'un masque, qui est "plus souvent une gêne qu'une aide", comme l'indique Arthur Depas, d'Airparif, joint par francetv info

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.