Narbonne : un dispositif sous-marin pour sauver la faune aquatique

Des scientifiques ont mis au point à Narbonne (Aude) une "nurserie" pour assurer la survie d'espèces marines menacées par la surpêche.

FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Un nombre glaçant. En trente ans, certaines espèces de poissons de la mer Méditerranée ont vu leur population diminuer de plus de 70%. En cause, la surpêche. Celle-ci inquiète même les pêcheurs, obligés de remettre à la mer les poissons qui ne sont pas de taille adulte alors qu'ils se font de plus en plus rares. "C'est qu'un jour, il n'y aura plus de poisson. Un jour, il n'y aura plus rien", lâche, fataliste, Ghislain Galy, pêcheur à Narbonne (Aude).

Des nurseries pour sauver les poissons en voie de disparition

Pour endiguer le phénomène, des biologistes veulent justement faire revenir les poissons dans la Méditerranée. Le problème, sur un littoral artificiel fortement urbanisé, les larves n'ont plus d'endroits pour se cacher. Elles se font rapidement manger par leurs prédateurs. Les scientifiques ont donc confectionné des cages en acier pour qu'ils se protègent, des nurseries. Après deux mois dans le port de Narbonne, de nombreuses espèces sont visibles comme le rouget ou la dorade grise. Un dispositif installé dans une vingtaine de ports français par Gilles Lecaillon, biologiste et président d'Ecocean. Coût du projet : 60 000 € financés en grande partie par l'État. Dans les ports, les résultats sont encourageants. On y observe deux fois plus de larves de poissons qu'ailleurs.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un poisson-lapin à queue tronquée, une espèce originaire de la mer Rouge.
Un poisson-lapin à queue tronquée, une espèce originaire de la mer Rouge. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)