Manifestations des chasseurs : "Mettons-nous tous autour d'une table et trouvons des solutions", propose un député de l'Aube

Le co-président du groupe d'études "chasse et territoires" à l’Assemblée nationale soutient les manifestations et estime que les chasseurs souffrent du manque de visibilité sur les réseaux sociaux.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Deux chasseurs en Corse, le 21 août 2021. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

"Si on veut vraiment parler des enjeux, mettons-nous tous autour d'une table et trouvons des solutions", a déclaré le député LREM de l’Aude et co-président du groupe d'études "chasse et territoires" à l’Assemblée nationale Alain Perea, vendredi 17 septembre sur franceinfo. Samedi 18 septembre, les chasseurs vont manifester dans plusieurs villes de France pour défendre des chasses traditionnelles d'oiseaux, jugées illégales par le Conseil d'État, et alors que le gouvernement vient de faire un geste envers cet électorat très courtisé.

franceinfo : Que pensez-vous de ces manifestations ?

Alain Perea : Je suis à côté des chasseurs par la pensée et pour soutenir ces manifestations. La question de la chasse traditionnelle est le déclencheur de ces manifestations. Elles sont porteuses d'attaques incessantes dont la chasse fait l'objet depuis de nombreuses années et pas uniquement sous ce gouvernement. Je découvre à Paris que beaucoup de décisions se prennent en fonction des bruits que l'on entend sur les réseaux sociaux. La France ce n'est pas que les réseaux sociaux. Il y a toute une frange de la population qui n'a pas Twitter et ces gens-là, parce qu'ils ne sont pas sur les réseaux sociaux, on n'en entend pas parler. 

"Le bruit de la rue est différent du bruit de fond sur les réseaux sociaux."

Alain Perea

à franceinfo

Que souhaitez-vous ?

Quand vous regardez les réseaux sociaux on a l'impression qu'il n'y a que des antichasse et qu'il n'y a qu'eux qui ont le droit à la parole. On veut arrêter d'avoir ces oppositions entre les gens, arrêter d'opposer les urbains aux ruraux, les écologistes aux chasseurs. Si on veut vraiment parler des enjeux de la biodiversité, des espèces qui sont en train de décliner, eh bien mettons-nous tous autour d'une table et trouvons des solutions. Allain Bougrain-Dubourg, le président de la Ligue de protection des oiseaux, ne dit pas que les oiseaux disparaissent à cause des chasseurs. Si certaines espèces sont encore en train de se développer c'est parce que vous avez des chasseurs qui font un certain nombre de choses. Aucune espèce dans notre pays n'a été décimée par la chasse.

Les associations dénoncent ce que vous faites aux oiseaux. Que répondez-vous ?

Demain, interdisons à un certain nombre d'associations de faire des captures d'oiseaux pour faire des baguages. Que les auditeurs tapent "capture filet oiseaux" sur leur navigateur. Ils vont voir que les photos qui vont apparaître ce sont des photos de la LPO, d'un certain nombre d'ONG qui vont des captures d'oiseaux, souvent avec des pseudos stratégies scientifiques. Ils vont voir toutes les photos où les oiseaux sont emmêlés dans des filets de manière terrible.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Biodiversité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.