Cet article date de plus d'un an.

Bouches-du-Rhône : les calanques de Cassis, un coin de paradis en pleine Méditerranée

Publié Mis à jour
Bouches-du-Rhône : les calanques de Cassis, un coin de paradis en pleine Méditerranée
Bouches-du-Rhône : les calanques de Cassis, un coin de paradis en pleine Méditerranée Bouches-du-Rhône : les calanques de Cassis, un coin de paradis en pleine Méditerranée
Article rédigé par France 3 - C. Laronce, G. Pinol, A. Pacary, F. Fontaine
France Télévisions
France 3

Fenêtre sur Cassis, un site enchanteur de la Méditerranée. Ses calanques aux eaux cristallines et aux côtes escarpées font le bonheur des touristes comme des habitants.

Cassis (Bouches-du-Rhône) est un paradis aux portes duquel on se bouscule. Sur le vieux port et dans les calanques, les vacanciers sont toujours nombreux, au mois de septembre, à profiter de la côte escarpée aux eaux cristallines. Gilles Panzani, capitaine de la calanque de Port-Miou, connaît chaque bateau qui y est amarré. Il accueille les voyageurs de passage. "On a quand même pas mal d'usagers. Il y a beaucoup d'étrangers en cette saison, qui viennent profiter du calme retrouvé de la calanque", confie-t-il. Ce jour, une tempête menace. Les marins cherchent un abri pour la nuit. 

Une calanque à protéger 

Dans le parc national des Calanques, le capitaine du port veille à faire respecter les règles : interdiction de jeter l'ancre, pour préserver les fonds marins. La calanque de Port-Miou se distingue des autres par son statut de base nautique. Elle abrite de nombreux voiliers. "Cette calanque n'est pas en danger, mais néanmoins, il faut la protéger, (…) parce qu'en fait elle est soumise à une forte pression humaine", explique Gilles Panzani. Fabienne Henry, de Narval Plongée Cassis, a troqué sa robe d'avocat pour la combinaison de plongée. Elle connaît chaque rocher des calanques, et tient à ce qu'elles restent sauvages. Les calanques, sanctuaire de la biodiversité, requièrent une attention de tous les jours, qui commence à porter ses fruits. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.