VIDEO. Retour sur les circonstances de la mort de Rémi Fraisse

Alors qu’un rassemblement pacifique a tourné à l’affrontement à Alib, l’enquête avance sur la mort de Rémi Fraisse.

France 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"La plaie importante située en haut du dos de Rémi Fraisse a été causée, selon toute vraisemblance, par une explosion. Le jeune homme a été projeté au sol de façon violente. Le légiste ne peut ni affirmer, ni infirmer sur la base des lésions anatomiques relevées que l'origine de la plaie proviendrait d'une grenade, venue de la zone où les gendarmes étaient retranchés", a déclaré le préfet d'Albi, Claude Derens.

Que faisait l'étudiant au milieu de casseurs ?
 

Vers 2 heures du matin dimanche, les gendarmes et les opposants au projet de barrage se font face, sur ce parking réservé aux engins de chantiers. Pour les gendarmes, un groupe de casseur aurait voulu en découdre. L'affrontement est violent. Le corps de Rémi Fraisse est découvert gisant au milieu de la zone des combats. Certains opposants refusent de montrer leur visage à nos caméras mais évoquent bien des tirs. "Il y a plusieurs tirs à la grenade explosive et au flash Ball. Après le copain s'est retrouvé à terre. Apparemment la grenade se serait coincée entre son sac et son épaule", explique un homme présent lors des faits.

Que faisait l'étudiant au milieu de casseurs ? Diplômé en juin, il vivait en colocation près de Toulouse. Membre d'une association consacrée aux plantes et à la nature, pas le profil d'un militant radical selon son père, un élu écologiste. "Il avait une passion pour les plantes. Il voulait se spécialiser dans ce domaine-là (...) Je lui avais recommandé d'être prudent. Il s'est retrouvé au milieu de la bagarre pas du tout équipé. Je pense que c'est pour cela qu'il est mort",  estime  Jean-Pierre Fraisse, père de la victime.
Le JT
Les autres sujets du JT
Des opposants au barrage de Sivens (Tarn), le 25 octobre 2014. 
Des opposants au barrage de Sivens (Tarn), le 25 octobre 2014.  (PASCAL PAVANI / AFP)