VIDEO. "Je ne souhaite pas cette polémique, je ne l'ai pas voulue", assure Mélenchon après la plainte de Cazeneuve

Le leader de la France insoumise était l'invité des "4 Vérités", sur France 2.

FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Jean-Luc Mélenchon ne compte pas s'excuser mais propose d'en "rester là". Bernard Cazeneuve a annoncé avoir porté plainte contre le leader de la France insoumise pour des propos tenus lors de l'un de ses meetings à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Il avait qualifié l'ancien ministre de l'Intérieur de "gars qui s'est occupé de l'assassinat de Rémi Fraisse [en 2014], qui a fait gazer, matraquer toutes les manifestations".

"Là, en la circonstance, c'était le 11e discours que je faisais dans la semaine et l'allusion à Bernard Cazeneuve, qui m'avait accusé de ne pas m'affronter avec le Front national, c'était une réplique. Et dans un discours de trois quarts d'heure, deux secondes sur son cas déclenchent" une polémique "incroyable", s'est expliqué Jean-Luc Mélenchon, mercredi 31 mai, sur France 2. Et de conclure : "Je ne souhaite pas cette polémique, je ne l'ai pas voulue. Ce n'était pas mon sujet."

Il refuse de s'excuser

"Je n'ai pas l'intention de m'excuser car je tiens Bernard Cazeneuve pour responsable de la mort de Rémi Fraisse. Ce n'est pas d'aujourd'hui. Je l'ai dit à l'époque et j'ai demandé sa démission", a précisé Jean-Luc Mélenchon. Toutefois, Jean-Luc Mélenchon a estimé qu'un procès serait souhaitable pour faire éclater la vérité. "C'était à lui d'assumer sa responsabilité parce que tous les ministres sont les chefs de leur administration. (...) Si Bernard Cazeneuve veut faire un procès, alors il le fait et nous pourrons convoquer les témoins pour montrer ce qui s'est passé cette nuit-là", a-t-il estimé.

Jean-Luc Mélenchon, leader de la France insoumise, sur France 2, le 31 mai 2017.
Jean-Luc Mélenchon, leader de la France insoumise, sur France 2, le 31 mai 2017. (FRANCE 2)