Duflot accuse Valls d'avoir "dégradé la situation" à Sivens

La députée écologiste, qui avait refusé de participer au gouvernement Valls, attaque le Premier ministre, vendredi, dans un entretien au "Monde".

La députée Europe Ecologie-Les Verts Cécile Duflot, le 12 septembre 2014 à La Courneuve (Seine-Saint-Denis) pour la fête de l\'Humanité.
La députée Europe Ecologie-Les Verts Cécile Duflot, le 12 septembre 2014 à La Courneuve (Seine-Saint-Denis) pour la fête de l'Humanité. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Cécile Duflot reprend sa charge contre Manuel Valls. Dans un entretien accordé au journal Le Monde vendredi 31 octobre, la députée écologiste accuse le Premier ministre d'avoir "dégradé la situation" en employant un "ton martial" dans la gestion du dossier du barrage controversé de Sivens (Tarn), où Rémi Fraisse a été retrouvé mort.

"Cette situation n'est pas arrivée tel un coup de tonnerre dans un ciel bleu. Il y avait depuis plusieurs jours des incidents qui se multipliaient et des instructions d'une grande fermeté données aux forces de l'ordre", attaque la députée, alors que beaucoup d'opposants au barrage accusent la police de "bavure" après la mort du jeune manifestant.

"Personne n'est obligé de persister dans l'erreur. Ça vaut pour le barrage, ça vaut aussi pour la politique du gouvernement", souligne Cécile Duflot, qui avait vivement dénoncé, mardi, la faible réaction du gouvernement après la mort de Rémi Fraisse, parlant même d'une "tache indélébile" sur le quinquennat.

"Un projet contraire à ce pourquoi nous avons été élus"

Dans cet entretien, la députée Europe Ecologie-Les Verts (EELV) critique plus largement la politique du gouvernement. Selon elle, "Manuel Valls propose une synthèse libérale autoritaire alors que la modernité est démocratique et écologiste".

Après ces critiques, les écologistes font-ils toujours partie de la majorité ? Une "majorité ne se décrète pas par principe, mais parce qu'elle répond à des valeurs et à un projet commun, répond Cécile Duflot. Aujourd'hui, le gouvernement nous a quittés lorsqu'il défend un projet contraire à ce pourquoi nous avons été élus."