Arthur Germain descend la Seine à la nage et fait étape à Paris

Le fils d'Anne Hidalgo est arrivé samedi sur le quai de l'Hôtel de ville où l'attendait un comité d'accueil, dont sa mère très émue. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Arthur Germain lors de son départ le 6 juin 2021 en Côte-d'Or.  (THOMAS NOUGAILLON / RADIO FRANCE)

C'est un défi fou. Arthur Germain, le fils d'Anne Hidalgo la maire de Paris, a démarré il y a un mois un challenge sportif : il descend les 784 km de la Seine à la nage avec un bivouac de 60 kilos pour sensibiliser à l'écologie. Le nageur a fait étape samedi 3 juillet à Paris sur le quai de l'Hôtel de ville sous les applaudissements de ses parents et de parisiens. 

"Je suis là en maman"

Sur le quai, des parisiens de tous âges courent sur les pavés pour accompagner Arthur Germain dans les derniers mètres avant son étape dans la capitale. Le jeune homme, barbu après 400 kilomètres à la nage, sort tout sourire de l'eau et tend les bras vers sa mère, Anne Hidalgo. "Je suis très fière. Je n'ai pas de mots pour le dire, explique-t-elle. Je suis là en maman et c'est la maman qui parle au bord des larmes et avec le cœur qui bat la chamade".

Arthur Germain n'en est pas à son premier exploit. Ii a déjà traversé la Manche à la nage à 16 ans. Aujourd'hui, il avale 15 kilomètres par jour dans la Seine. "Là on est sur un défi autrement plus difficile. Ça me demande des ressources qui sont bien plus importantes que tout ce que j'ai fait avant", explique-t-il.

"Ça fait 20 jours que j'ai mal aux bras et que tous les matins j'ai du mal à me lever. J'ai aussi mal au dos, un ostéopathe est venu, un peu à l'arrache, pour me remettre des côtes. J'en avais huit qui étaient déplacées, mais là ça va mieux."

Arthur Germain

à franceinfo

Même s'il "avait un peu le dos en vrac", Arthur Germain explique qu'"au moins je peux dormir et ça c'est important. Tant que je peux récupérer, ça va."

Sur les quais, des amis d'Arthur Germain sont venus le saluer et le féliciter. "C'est comme si la France avait gagné l'Euro, c'est incroyable, explique Jules. Faire autant de bornes à la nage, c'est impressionnant. Arthur il a toujours cherché le dépassement de lui-même, donc ça ne m'étonne pas qu'il fasse ça." Le périple en totale autonomie de l'aventurier Arthur Germain continue encore 380 km. Il est attendu au Havre dans 24 jours.

Le défi d'Arthur germain continue - Le reportage de Sandrine Etoa-Andegue
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.