Cet article date de plus d'un an.

22 associations européennes de défense des consommateurs portent plainte contre 17 compagnies aériennes pour "greenwashing" et "pratiques commerciales trompeuses"

Air France - KLM ou encore Lufthansa figurent parmi les compagnies visées par la plainte, a appris jeudi France Inter via un communiqué de l'UFC-Que Choisir. 18 pays sont représentés.
Article rédigé par franceinfo - France Inter
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Un avion Air France en avril 2022 (illustration). (NICOLAS ECONOMOU / AFP)

22 associations de 18 pays différents déposent plainte auprès de la Commission européenne contre 17 compagnies aériennes pour "greenwashing" et "pratiques commerciales trompeuses envers les consommateurs", a appris jeudi 22 juin France Inter via un communiqué de l'UFC-Que Choisir. 

>> Salon du Bourget : le Gullhyver, ce prototype d'avion décarboné pour répondre aux enjeux climatiques

Plus précisément, derrière cette plainte on retrouve l'UFC-Que Choisir, la CLCV et 20 autres associations de 18 pays, membres du Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC). Parmi les compagnies visées par la plainte se trouvent Air France - KLM ou encore Lufthansa. La plainte est déposée alors que se tient actuellement le Salon International de l'Aéronautique et de l'Espace au Bourget.

Acheter la neutralité du vol, "une allégation mensongère"

L'analyse menée par le BEUC et ses membres, publiée jeudi, souligne "une multitude d'allégations trompeuses utilisées par les compagnies aériennes à destination des consommateurs". Parmi ces allégations, le fait de "sous-entendre que le transport aérien peut-être 'durable', 'écoresponsable' et 'vert'". Les associations estiment qu'"aucune des stratégies déployées par le secteur de l'aviation n'est actuellement en mesure de limiter les émissions de gaz à effet de serre"

Autre allégation notamment pointée du doigt par l'analyse du BEUC, le fait d'"inciter à payer un supplément au moment de l'achat du billet d'avion pour 'compenser' les émissions de CO2 d'un vol", alors que "les avantages climatiques de ces compensations sont très critiquées"

Citée par le communiqué, Marie-Amandine Stévenin, présidente de l'UFC-Que Choisir déclare : "Alors qu'il n'est plus à démontrer que le transport aérien contribue de manière significative et croissante aux émissions de gaz à effet de serre, il est inadmissible que les compagnies aériennes puissent se targuer d'œuvrer pour le climat"

>> Crise climatique : nouveaux carburants, hydrogène, sobriété… L'avion propre a-t-il du plomb dans l'aile ?

Un avis partagé par Romain Morizot, ingénieur aéronautique et membre du collectif "Pensons l'aéronautique de demain". Contacté par France Inter, il explique que "ce qui est problématique sur les compagnies aujourd'hui, c'est que vous pouvez acheter la neutralité de votre vol. Cette allégation est mensongère et trompeuse par rapport aux solutions qui existent aujourd'hui et qui sont très faibles par rapport aux émissions du secteur dans son ensemble".

Rembourser les consommateurs incités à souscrire des options 

Pour le président de la CLCV, Jean-Yves Mano, "les mauvaises allégations vertes envahissent désormais l'univers commercial et le secteur aérien représente un cas d'école". Il affirme que ces allégations "doivent cesser pour la protection des consommateurs" et souhaite que les "pouvoirs publics doivent agir avec fermeté"

Via cette plainte, les 22 associations espèrent qu'une "enquête à l'échelle européenne [sera] lancée sur les pratiques de ces compagnies aériennes et du secteur dans son ensemble", mais aussi qu'une "décision contraignante et commune [sera] prise par les autorités de protection de consommateurs concernées". Par "décision contraignante", les associations souhaitent l'interdiction d'utiliser "toute allégation visant à faire croire aux consommateurs que prendre l'avion est une pratique respectueuse de l'environnement" mais aussi que "les compagnies remboursent les consommateurs ayant été incités par ces allégations trompeuses, à souscrire des options supplémentaires, pour limiter leur impact environnemental"

De son côté, Air France affirme avoir arrêté à l'automne dernier de proposer de financer les compensations, mais propose encore de contribuer au financement de la recherche sur les carburants durables. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.