Environnement : Polar Pod, un laboratoire flottant dans les cinquantièmes hurlants

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Environnement : Polar Pod, un laboratoire flottant dans les cinquantièmes hurlants
Article rédigé par
J.Van Hove, F.Griffond, X.Roman, P.Grandouiller, M.Marini - France 2
France Télévisions

Les équipes de l'explorateur Jean-Louis Étienne se lancent dans une nouvelle expédition. Polar Pod, une station laboratoire flottante, va dériver autour de l’Antarctique pour étudier l’environnement.

Polar Pod : c'est le nom du navire vertical et silencieux qui va dériver au gré des vents et courants dans les mers du Pôle Sud, afin d’étudier le changement climatique. La nouvelle mission de l’explorateur Jean-Louis Étienne devrait débuter en 2023. Tracté à l’horizontal, le laboratoire s’enfoncera ensuite à la verticale grâce à un bloc de béton, et former une structure de 100 mètres de hauteur au cœur des cinquantièmes hurlants, avec leurs vagues de plus de dix mètres. "Sous la surface (…) il y a 80 mètres sous l’eau, cette profondeur lui donne sa stabilité, parce qu’il est pris dans des eaux stables", explique Jean-Louis Étienne. 

Recueillir des données sur l'environnement 

Grâce à sa stabilité, Polar Pod va pouvoir recueillir des données plus précises. Le laboratoire flottant a notamment pour objectif d’évaluer les échanges de gaz carbonique entre l’atmosphère et l’océan dans cette zone. "Le CO2, le gaz carbonique que l’on émet (…) est responsable du réchauffement climatique se dissout en priorité dans les eaux froides, ajoute Jean-Louis Étienne. Donc on sait que c’est un acteur majeur du climat, que c’est le principal puits de carbone au sein de la planète dont on ne connaît pas la performance." La mission, menée par une équipe de sept personnes, trois marins et quatre scientifiques, durera trois ans. Ils se relaieront pour étudier également la biodiversité marine et valider des données océanographiques.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.