Cet article date de plus de dix ans.

"En Afrique du Sud, on peut rire de tout... Sauf de Nelson Mandela"

Au Parker's Comedy and Jive de Johannesburg, les humoristes enchaînent les blagues acides sur les différentes couleurs des nombreux spectateurs présents, à leur grand plaisir. Le seul tabou ? Plaisanter sur "le père de la nation" hospitalisé depuis quasiment un mois.
Article rédigé par Antoine Krempf
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (Reuters)

"On ne parlera pas de Madiba ce soir. En tant que père
de la nation, montrons lui un peu de respect. J'espère qu'il ira mieux, qu'il
va pouvoir se lever de son lit et sortir de l'hôpital pour faire face aux
milliers de personnes réunies là-bas et leur dire : fermez là !
", lance en
introduction le Monsieur Loyal d'une nouvelle soirée à guichets fermés au
Parker's comedy and jive de Johannesburg, "le seul comedy club
d'Afriqu
e". 

De fait, aucun des comédiens qui se succèdent sur la scène
n'ose une sortie sur le prix Nobel de la paix hospitalisé depuis le 8 juin
dernier dans un état "critique mais stable " à Pretoria. "De
toute façon, vu son état de santé, cela ne me ferait pas rire. L'humour n'empêche
pas d'avoir du respect pour Madiba
", explique Eve, une habituée du lieu.

"Personne n'est à l'abri d'une bonne blague "

Mais au-delà de la condition actuelle de l'ancien président,
"ce serait quand même un manque de respect. Je n'ai jamais entendu
quelqu'un faire des blagues à son sujet. En fait, je crois que tout le monde
aimerait bien, mais personne ne le fait
", affirme Lawrence. "Pourquoi
ne pas rire de Mandela ? Ce n'est vraiment pas le moment, mais, d'une manière
générale, je crois que personne n'est à l'abri d'une bonne blague
", juge
de son côté Alan.

Une bonne blague sur Mandela ? Kubian se sent encore un peu
trop jeune pour se lancer. Le jeune homme sort tout juste de l'une de ses
premières représentations sur la scène du Parker's comedy.

"Est-ce qu'il y a encore quelqu'un qui n'a
encore été offensé ?
"

Nelson Mandela reste donc l'un des rares sujets tabous pour
les humoristes sud-africains. Par contre, les blagues sur les noirs, les blancs
ou les indiens s'enchaînent les unes après les autres. Les habitants de Soweto
? "Donnez leur une bière et de la cocaïne, ils seront presque aussi
heureux qu'une blanche qui a perdu 300 grammes
". Et la formule fonctionne dans
un public très "arc-en-ciel"

"Ce ne sont pas des blagues racistes, mais multiculturelles ",
estime Eve. "Et c'est drôle : que l'on puisse en rire à cause de notre
passé. Nos parents vivent encore avec les cicatrices. Nous, on est conscient
des difficultés de notre société
actuelle et de notre histoire
", poursuit
la jeune étudiante.

Pour Lance, le fait que tout le monde rit au même moment
montre surtout "le sens de l'humour sud-africain ".

Un sens de l'humour "âpre " qui permet de rire de
tout... "sauf de Nelson Mandela ".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.