Biélorussie : l'opposante Svetlana Tikhanovskaïa annonce le début d'une grève générale contre le pouvoir

Le résultat de l'élection présidentielle du mois d'août est toujours contesté par dans la rue.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un cordon militaire s'oppose à plusieurs manifestants réunis à Minsk (Biélorussie), le 25 octobre 2020. (AFP)

Le bras de fer continue. La cheffe de l'opposition biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa a annoncé lundi 26 octobre le début d'un mouvement de grève pour exiger le départ du président Alexandre Loukachenko, au lendemain d'une nouvelle grande manifestation d'environ 100 000 personnes contre le résultat de l'élection présidentielle. "Dès ce matin, des employés d'entreprises et d'usines publiques, du secteur des transports, des mineurs, des professeurs et des étudiants ont commencé à faire grève", a-t-elle affirmé sur la messagerie Telegram.

Un "ultimatum du peuple"

Svetlana Tsikhanovskaïa avait adressé ce mois-ci un "ultimatum du peuple" en prévenant qu'elle appellerait à la grève si le président Alexander Loukachenko ne démissionnait pas avant dimanche soir, ce qu'il n'a pas fait. Alexander Loukachenko, qui occupe le pouvoir dans le pays depuis plus d'un quart de siècle, avait fait savoir qu'il ignorerait l'ultimatum.

"Le régime a montré une nouvelle fois aux Biélorusses qu'il ne connaît que la force", a déclaré dimanche Svetlana Tsikhanovskaïa dans un communiqué. "C'est pour cela qu'une grève nationale commencera [le] 26 octobre."

La Biélorussie, une ancienne république soviétique de 9,5 millions d'habitants, a été le théâtre de manifestations massives et de grèves depuis le scrutin contesté du 9 août remporté par le président sortant Alexandre Loukachenko. L'opposition dénonce une élection truquée. Svetlana Tikhanovskaïa, qui a fui vers la Lituanie voisine peu après l'élection, a depuis rencontré des dirigeants politiques européens et appelé Alexandre Loukachenko à quitter le pouvoir.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.