Echec des négociations sur le gaz entre Russes et Ukrainiens

Les négociations sur le gaz entre l’Ukraine et la Russie sont toujours dans l’impasse. Elles se sont achevées dimanche soir sans résultat alors que l’ultimatum russe expire lundi matin. Moscou menace de couper l’approvisionnement au gaz de l’Ukraine si Kiev ne paie pas sa dette.

(Les négociations de samedi se sont déroulées sous la médiation du commissaire européen à l'Énergie Guenther Oettinger (3e G) © REUTERS/Andrew Kravchenko)

Les négociations prennent l'allure d'une course contre la montre. Les Russes et les Ukrainiens se sont rencontrés une fois encore ce dimanche pour tenter de trouver une solution au contentieux gazier qui les oppose. Mais aucun accord n'a été trouvé à quelques heures de l'expiration de l'ultimatum de Gazprom. Le géant russe a en effet donné jusqu'à lundi à Kiev pour rembourser une dette gazière de 1,95 milliard de dollars.

Mais l'Ukraine refuse de reconnaître la hausse des prix décidée par Moscou après l'arrivée au pouvoir de dirigeants ukrainiens pro-occidentaux fin février. Après la chute du président prorusse Viktor Ianoukovitch, les 1.000 mètres cubes de gaz sont passés de 268 à 485 dollars, un prix sans équivalent en Europe.

Faute d'accord, Gazprom pourrait passer à un système de pré-paiement du gaz, ce qui signifierait concrètement une coupure de l'approvisionnement. Une décision qui affecterait aussi les livraisons de gaz russe en direction de l'Europe qui transitent par le territoire ukrainien.

Échec des précédentes négociations

Samedi soir déjà, une première séance de discussions entre le ministre ukrainien de l'Énergie, Iouri Prodan, et les PDG de Gazprom et de Naftogaz, la société gazière ukrainienne, sous la médiation du commissaire européen à l'Énergie Guenther Oettinger, avait échoué. Les négociations devaient dans un premier temps reprendre dès dimanche matin mais aucun créneau commun n'avait pu être trouvé avant la soirée.

Kiev semble par ailleurs se préparer à un échec des négociations et à la coupure d'approvisionnement qui en suivrait. Le gouvernement a fait savoir qu'une coupure ne poserait pas de problème au pays cet été et envisage de réduire sa consommation de gaz naturel par l'utilisation de sources d'énergie alternatives.

Les discussions interviennent dans un climat particulièrement tendu depuis l'attaque d'un avion militaire ukrainien samedi par des insurgés prorusses. Quarante-neuf personnes ont trouvé la mort dans cette attaque et plusieurs centaines d'Ukrainiens s'étaient réunis samedi soir devant l'ambassade de Russie au slogan de "Russie tueuse ! " Un cocktail molotov avait été lancé contre le bâtiment et le drapeau russe avait été décroché par un manifestant.