Dramatique incendie d'une fabrique de chaussures à Manille

72 morts et 26 disparus, c'est le dernier bilan de l'incendie mercredi d'un bâtiment de deux étages situé dans la zone industrielle de Valenzuela, au nord de la capitale philippine. Les proches des victimes dénoncent des conditions de travail épouvantables.

(L'un des rescapés sous le choc devant le désastre © REUTERS | Erk de Castro)

"De bon nombre des victimes retrouvées, il ne restait que des crânes et des os ", a raconté le chef de la police nationale, Leonardo Espina, après l'incendie d'une usine de chaussures à Manille. Les secours ont retiré jeudi des dizaines de corpsdu bâtiment de deux étages situé dans la zone industrielle de Valenzuela. Les ouvriers ont été pris au piège la veille, apparemment faute de portes de sortie en nombre suffisant et de formation aux risques. "Quelqu'un va sans aucun doute être inculpé pour ces décès. Peu importe qu'il s'agisse ou non d'un accident. Des gens sont morts. Pour l'instant, nous enquêtons pour déterminer ce qu'il s'est passé. Sans nul doute, quelqu'un sera inculpé".

Les deux soeurs de Rodrigo Nabor étaient à l'intérieur du bâtiment quand le feu s'est déclaré. Il n'a plus d'espoir de les retrouver vivantes. "Les familles ne peuvent qu'être en colère. Nous n'oublierons jamais ." Il raconte qu'elles se plaignaient de leurs conditions de travail, "qu'elles laissaient tourner en permanence un ventilateur électrique pour chasser les mauvaises odeurs, qu'elles n'étaient payées que 300 pesos par jour."