Coup d'Etat au Mali : les militaires ferment les frontières aériennes et terrestres

Les soldats mutinés annoncent qu'ils ferment les frontières aériennes et terrestres du Mali. Hier ils ont attaqué le palais présidentiel et ce matin ils ont indiqué avoir renversé le régime du président malien Amadou Toumani Touré. Alain Juppé annonce que la France suspend sa coopération avec le Mali.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Après avoir annoncé le renversement du régime ce matin, les soldats mutinés annoncent la fermeture de toutes les frontières (aériennes et terrestres) du Mali. Un couvre-feu a également été décrété à partir de 6h ce matin. Les habitants de Bamako restent chez eux. Des tirs sporadiques de sommation sont entendus dans plusieurs quartiers de la capitale malienne, selon des témoins.

"Beaucoup de gens sont terrés chez eux. Il y a des crépitements (d'armes) de temps en temps, mais la situation est floue " - Un habitant d'un quartier de l'ouest de la capitale

La mutinerie a démarré hier matin dans un camp militaire. Puis les militaires avient investi les locaux de la radio et télévision publiques (ORTM), avant de se rendre au palais présidentiel. Ce matin, au nom d'un Comité national pour le redressement de la
démocratie et la restauration de l'Etat (CNRDRE), ces militaires ont
annoncé le renversement du régime du président malien Amadou Toumani
Touré. Ils indiquent également avoir placé des chefs de l'armée
loyaliste en "résidence surveillée " dans la ville de Gao, au
nord-est du Mali. Ils dénoncent la faiblesse des moyens pour la guerre que mène l'armée depuis mi-janvier contre des rebelles touareg et des groupes islamistes dans le nord du pays.

Ce matin, une source militaire proche du président indiquait que "le président va bien, il est en lieu sûr, de même que les ministres de la
Sécurité (Natié Pléa) et de la Défense (le général Sadio Gassama), les ministres cibles
". L'Union européenne et l'Algérie ont fermement condamné ce coup d'Etat. Alain Juppé, ministre français des Affaires étrangères, a indiqué que la France suspendait "toutes ses coopérations régaliennes " avec le Mali.