Corée du Sud : l'armée dit avoir arrêté un Nord-Coréen qui a franchi la frontière

Les passages à travers la zone démilitarisée qui divise la péninsule coréenne, l'un des endroits les plus fortifiés de la planète, sont rarissimes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un soldat sud-coréen dans la zone démilitarisée (DMZ) qui divise la péninsule coréenne, le 4 novembre 2020. (LEE JIN-MAN / AFP)

Rares sont ceux qui se risquent à traverser la zone démilitarisée (DMZ) qui divise la péninsule coréenne, l'un des endroits les plus fortifiés de la planète. L'armée sud-coréenne a annoncé, mercredi 4 novembre, qu'elle avait arrêté un Nord-Coréen qui avait franchi la frontière entre les deux pays. Des recherches seront conduites "en coopération avec les services concernés", afin notamment de savoir si cet homme cherchait à faire défection au Sud, a précisé l'armée. 

Une zone truffée de barbelés et de champs de mines

Plus de 30 000 Nord-Coréens ont fui vers le Sud depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953), selon des chiffres officiels de Séoul. Mais les défections à travers la DMZ sont rarissimes. Et pour cause, cette zone est truffée de clôtures de barbelés et de champs de mines et une importante présence militaire des deux Corées y est déployée. L'immense majorité des Nord-Coréens préfèrent traverser la frontière avec la Chine, beaucoup plus poreuse, avant de gagner la Corée du Sud via un pays tiers. 

L'an dernier, un soldat nord-coréen avait traversé une rivière située dans la DMZ. En novembre 2017, un autre soldat du Nord avait réussi à franchir la ligne de démarcation dans le village frontalier de Panmunjom, sous une pluie de balles tirées par des militaires de Pyongyang.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.