Corée du Nord : Pyongyang qualifie le chef de l'ONU de "marionnette des Etats-Unis"

Antonio Guterres avait appelé la Corée du Nord à "renoncer immédiatement à tout nouvel acte provocateur" après le tir d'un nouveau missile.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, lors de la COP27 à Charm el-Cheikh, en Egypte, le 17 novembre 2022. (MOHAMED ABDEL HAMID / ANADOLU AGENCY / AFP)

Nouvelle passe d'armes entre Pyongyang et l'ONU. La ministre des Affaires étrangères nord-coréenne Choe Son-hui a traité dimanche 20 novembre le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres de "marionnette des Etats-Unis". Ce dernier avait condamné le nouveau tir d'un missile balistique intercontinental par Pyongyang. Il avait appelé la Corée du Nord à "renoncer immédiatement à tout nouvel acte provocateur" et à "respecter complètement ses obligations internationales découlant des résolutions du Conseil de sécurité" après le lancement.

"J'exprime mon profond regret du fait que le secrétaire général de l'ONU observe une attitude vraiment déplorable, oublieuse de l'objectif et des principes de la charte des Nations unies et de sa mission même qui est de maintenir l'impartialité, l'objectivité et l'équité sur tous les sujets."

Choe Son-hui, ministre des Affaires étrangères de la Corée du Nord

dans un communiqué cité par l'agence KCNA

Dans ce communiqué, Choe Son-hui pointe aussi du doigt l'absence de critiques sur les manœuvres militaires conjointes que mènent régulièrement dans la région les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Japon et qui, selon elle, "ont conduit à la situation actuelle de confrontation sur la péninsule" coréenne. 

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir lundi pour discuter de la situation dans la péninsule coréenne, au moment où la Corée du Nord multiplie les tirs de missiles et est soupçonnée par Séoul à Washington de préparer un essai nucléaire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Corée du Nord

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.