Corée du Nord : Pyongyang balaie l'offre de dialogue de Séoul

Selon l'agence sud-coréenne Yonhap, le ministre nord-coréen des Affaires étrangères estime que les propositions de son homologue sud-coréen ne sont pas sincères.

La ministre sud-coréenne des Affaires étrangères, à Manille, la capitale des Philippines, le 6 août 2017.
La ministre sud-coréenne des Affaires étrangères, à Manille, la capitale des Philippines, le 6 août 2017. (NOEL CELIS / AFP)

Fait extrêmement rare, les chefs de la diplomatie de la Corée du Nord et de la Corée du Sud se sont rencontrés brièvement. L'entrevue a eu lieu à Manille, la capitale des Philippines. Mais Pyonyang a refusé la main tendue par Séoul, a rapporté l'agence sud-coréenne Yonhap, lundi 7 août.

La ministre sud-coréenne Kang Kyung-wha a appelé la Corée du Nord à accepter son offre de dialogue pour soulager les tensions dans la péninsule. La Corée est séparée en deux Etats depuis la guerre de 1950-1953.

Séoul souhaite un "règlement pacifique et diplomatique"

Ri Hong-yo, ministre nord-coréen des Affaires étrangères, a rétorqué que les propositions de Séoul n'étaient pas sincères. "Compte tenu de la situation actuelle dans laquelle le Sud collabore avec les Etats-Unis pour accentuer les pressions sur le Nord, de telles propositions manquent de sincérité", a-t-il déclaré. L'annonce de cette rencontre est survenue alors que le président sud-coréen Moon Jae-in a appelé à un "règlement pacifique et diplomatique" de la crise dans une conversation téléphonique avec son homologue américain, Donald Trump.

Après deux essais de missiles balistiques intercontinentaux de la Corée du Nord, Washington et Pékin ont renforcé les pressions sur Pyongyang alors que l'ONU vient d'adopter un durcissement sensible des sanctions contre le pays

La Corée du Nord a d'ailleurs condamné les nouvelles sanctions de l'ONU, évoquant "une violation violente de [sa] souveraineté". "Nous ne mettrons pas notre [programme de] dissuasion nucléaire sur la table de négociations" tant que le Nord est menacé par Washington, écrit Pyongyang dans un communiqué, ajoutant que le régime "ne reculera pas d'un seul pas s'agissant du renforcement de [sa] puissance nucléaire".