Vidéo Haut-Karabakh : "Il faut sortir de la peur, il faut sortir du fantasme", affirme l'ambassadrice d'Azerbaïdjan

Publié
Article rédigé par France Info
Radio France
Des milliers d'Arméniens du Haut-Karabakh ont fui depuis l'offensive éclair de l'Azerbaïdjan. L'ambassadrice d'Azerbaïdjan en France assure que ces Arméniens "ont décidé volontairement de ne pas continuer à habiter" dans cette région.

Ce sont les Arméniens "qui ont décidé volontairement de ne pas continuer à habiter dans la région du Haut-Karabakh. Ils avaient le choix", a assuré lundi 2 octobre sur franceinfo Leyla Abdullayeva, ambassadrice d’Azerbaïdjan en France, alors que des milliers d'Arméniens du Haut-Karabakh ont fui la région.

>> Haut-Karabakh : "C'est un nettoyage ethnique qui se passe sous nos yeux", alerte la députée européenne Nathalie Loiseau

L'ambassadrice d'Arménie, notamment, accuse l'Azerbaïdjan de se livrer à un "nettoyage ethnique". Mais, selon Leyla Abdullayeva, "il faut sortir de la peur, il faut sortir du fantasme", car elle assure qu'"il n'y a pas de guerre de la part de l'Azerbaïdjan"

franceinfo : Que se passe-t-il ?

Leyla Abdullayeva : Je vais vous donner deux points de référence fiables : le Premier ministre arménien a déclaré le 21 septembre qu'il n'y avait pas de menace pour les civils ; le Haut-commissariat pour les réfugiés de l'ONU a dit, il y a deux jours, qu'il n'avait pas reçu d'information sur des mauvais traitements envers des Arméniens qui ont quitté la région. Mais, il n'y a pas de guerre de la part de l'Azerbaïdjan. 

Pourtant des milliers de personnes fuient le Haut-Karabakh. Comment l'expliquez-vous ?

Ce sont des gens qui ont décidé volontairement de ne pas continuer à habiter dans la région du Haut-Karabakh. Ils avaient le choix parce que le gouvernement d'Azerbaïdjan leur a proposé de ne pas quitter leur lieu de résidence. Le gouvernement a dit qu'il garantissait leurs droits, leurs libertés et la sécurité, pour toute la population d'Azerbaïdjan, y compris les minorités arméniennes qui sont dans le Haut-Karabakh.

>> Haut-Karabakh : à Goris, la ville arménienne la plus proche, les réfugiés survivent dans des conditions précaires

Comment expliquez-vous alors qu'on ait vu des soldats tirer ?

Les soldats azerbaïdjanais protègent le sol souverain de l'Azerbaïdjan, le Karabakh est un territoire souverain de l'Azerbaïdjan. Tout le monde le comprend. Tout le monde l'accepte y compris l'Arménie, y compris la France, y compris toute la communauté internationale.

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a déclaré, il y a quelques années, que les territoires situés en Arménie étaient azerbaïdjanais. Faut-il s'attendre à des actions militaires sur d'autres territoires ?

Il faut sortir de la peur, il faut sortir du fantasme. L'Azerbaïdjan respecte l'intégrité territoriale de tous les pays. Nous avons une déclaration des dirigeants des deux pays qui montre que l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan et de l'Arménie a été respectée.

"Ce que veut l'Azerbaïdjan, c'est vivre en paix avec ses voisins et avec l'Arménie"

Leyla Abdullayeva, ambassadrice d’Azerbaïdjan en France

à franceinfo

C'est pourquoi, l'Azerbaïdjan a initié le processus de normalisation. Le président Ilham Aliyev a dit qu'historiquement les Azerbaïdjanais habitaient en Arménie, mais malheureusement la veille de la chute de l'URSS, 250 000 Azerbaïdjanais ont été chassés de leur territoire historique. C'est ça que l'on dit aujourd'hui. On ne dit pas que l'on veut envahir l'Arménie. Il a dit qu'on allait revenir à Erevan. On va le faire par avion, on veut normaliser nos relations, vivre en paix avec l'Arménie. La meilleure garantie pour l'intégrité territoriale de l'Arménie, c'est de signer le traité de paix. L'Azerbaïdjan a proposé un projet.

La ministre des Affaires étrangères française sera en Arménie ce mardi. Que pensez-vous de sa visite ?

L'Azerbaïdjan a des coopérations dans des sphères différentes avec plusieurs États. C'est à la France de décider dans quels domaines continuer la coopération.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.