Conflit au Haut-Karabakh : la Croix-Rouge réclame le retour de son aide humanitaire dans la région

Les convois humanitaires ne peuvent toujours pas accéder à ce territoire disputé entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un soldat russe de la mission de maintien de la paix dans la ville de Latchine, en Azerbaïdjan, le 1er décembre 2020. (KAREN MINASYAN / AFP)

La Croix-Rouge a appelé l'Arménie et l'Azerbaïdjan, mardi 25 juillet, à trouver un "consensus humanitaire" pour lui permettre de reprendre son aide dans le Haut-Karabakh, à la frontière duquel ses convois sont bloqués depuis plusieurs semaines, faute de pouvoir emprunter le corridor de Latchine, bloqué par l'Azerbaïdjan. Ce passage, qui est la seule route reliant l'Arménie à cette région disputée, traverse une partie du territoire azerbaïdjanais. Il est patrouillé par des soldats de maintien de la paix russes qui assurent la liberté de passage entre l'Arménie et le Haut-Karabakh.

>> Caucase : l'article à lire pour mieux comprendre le conflit dans le Haut-Karabakh

"Pour pouvoir opérer là-bas, nous avons besoin que les parties parviennent à un consensus humanitaire. Il s'agit de sauver des vies et la poursuite de ce travail doit être autorisée", a souligné depuis Genève (Suisse) le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Le CICR a par ailleurs rappelé que le droit humanitaire international impose aux deux camps d'autoriser et faciliter le passage de l'aide humanitaire aux civils dans le besoin. Depuis décembre 2022, l'organisation a évacué plus de 600 personnes ayant besoin de soins urgents.

Le Haut-Karabakh est le théâtre d'un conflit entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie depuis des décennies : deux guerres ont éclaté entre les voisins avec, au centre de la dispute, ce territoire montagneux, peuplé principalement d'Arméniens mais reconnu internationalement comme faisant partie de l'Azerbaïdjan. A l'automne 2020, Moscou avait parrainé un accord de cessez-le-feu à l'issue d'une guerre de six semaines qui avait vu la défaite des forces arméniennes, contraintes de céder des territoires qu'elles contrôlaient.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.