Chypre : une enquête est lancée, le ministre des Finances démissionne

Michalis Sarris a quitté son poste pour laisser le champ libre aux enquêteurs chargés de déterminer les responsabilités dans la crise bancaire.

Michalis Sarris, ministre des Finances chypriote, à Bruxelles (Belgique), le 25 mars 2013.
Michalis Sarris, ministre des Finances chypriote, à Bruxelles (Belgique), le 25 mars 2013. (GEORGES GOBET / AFP)

Un nouveau rebondissement politique et financier a secoué Chypre, mardi 2 avril : la démission du ministre des Finances, Michalis Sarris. Ce dernier a dit partir pour laisser le champ libre aux enquêteurs chargés de déterminer les responsabilités, au plus haut niveau, dans la crise bancaire sans précédent qui frappe le pays.

Le gouvernement a mis en place mardi une commission chargée d'enquêter sur la façon dont l'île a été poussée au bord de la faillite, au point de devoir accepter un plan de sauvetage européen assorti de mesures draconiennes. Michalis Sarris a décidé de quitter son poste car l'enquête doit se pencher sur la période pendant laquelle il dirigeait en 2012 la deuxième banque du pays, Laïki, mise en faillite dans le cadre du plan de sauvetage.

Enquête sur des transferts financiers douteux

C'est l'actuel ministre du travail, Haris Georgiades, qui doit devenir ministre des Finances, mercredi.  "La décision de Michalis Sarris de donner sa démission (...) constitue un phénomène culturel nouveau dans la vie politique chypriote", a déclaré dans le même temps le président de la République, Nicos Anastasiades.

Ce dernier est lui-même mis en cause par les médias chypriotes, qui bruissent de rumeurs de transferts financiers effectués par des proches du président, de son prédécesseur communiste, Demetris Christofias, ou d'autres personnalités politiques. Outre ces accusations, la commission doit aussi enquêter sur les politiques et leurs proches qui auraient bénéficié d'effacements de dettes ces cinq dernières années auprès de banques chypriotes.