Cet article date de plus de sept ans.

Rien ne va plus pour les casinos de Macao

Ce serait une conséquence indirecte de la campagne anti-corruption menée par le pouvoir chinois. Le chiffre d’affaire des casinos de Macao est en baisse pour la première fois depuis dix ans.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les casinos de Macau attirent moins de joueurs. (AFP/Getty images)
Les VIP fuient Macao. L’ancienne colonie portugaise, devenue chinoise, est la seule citée du jeu tolérée dans l’Empire du milieu. Les milliardaires chinois ont placé Macao en tête du hit parade des cités du jeu, dépassant La Vegas en 2002. Plus de 35 milliards d’euros de revenu en 2014, mais une baisse de 2,6% tout de même.
 
Les Chinois fortunés se font discrets. Ils se méfient des attitudes ostentatoires qui pourraient leur valoir une enquête des autorités sur leur richesse amassée. La chasse à la corruption et aux corrompus se fait avec de grands filets en Chine…Selon Phoebe Tse, un analyste de la banque Barclay’s, cité par l’AFP, cette campagne est la seule explication à la baisse du chiffre d’affaires sur le territoire.
 

Le coup est rude pour le principal exploitant des casinos, le groupe Melco Crown. Il a annoncé qu’il se retirait de la cotation à la bourse de Hong Kong. Mais le groupe n’est pas ruiné pour autant. Il possède une capitalisation de 14 milliards de dollars. A Macao, il possède notamment le City of Dreams resort. Un complexe hôtelier de 1400 chambres en trois hôtels.
 
La campagne anti-corruption n’est pas la seule explication à ce recul du revenu des jeux. Globalement, l’année 2014 en Chine a été marquée par un sérieux coup de froid sur le marché du luxe. Il a même reculé de 1%.Ce qui est peu certes, mais révélateur. Dans le même temps, c’est la croissance économique en générale qui prenait un rythme moins frénétique, avec une hausse de «seulement» 7,4%.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.