Cet article date de plus de sept ans.

La Chine autorise le second enfant

La décision a été annoncée le 15 novembre 2013. Le Comité central du Parti communiste chinois vient d’autoriser les couples à avoir un second enfant. Mais, car il y a toujours un mais en Chine, cette possibilité ne concerne que les couples dont l’un des conjoints est lui-même enfant unique.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (FTVI)

La politique de l’enfant unique a été adoptée à la fin des années 70. Il s’agissait de lutter contre une démographie galopante. Elle aurait permis, selon les autorités, d’éviter la naissance de 400 millions de personnes, au prix de 281 millions d’avortements.
 
Mais cette politique a complètement déstabilisé la pyramide des âges de la Chine. Actuellement, 11,3% de la population a plus de 65 ans. En 2050, le taux sera de 41,9%.
Le pays vieillit et menace même d’imploser, incapable d’assurer la retraite de ses aînés. A cela s’ajoute un déséquilibre entre hommes et femmes, lié à une contraception «orientée» qui a privilégié les naissances de garçons. Il y a 108 hommes pour 100 femmes.
 
Selon Wang Pei'an, directeur adjoint de la Commission nationale de la santé et de la planification familiale, cité par le Quotidien du peuple, «la population chinoise ne connaîtra pas de croissance considérable sur le court terme». Il n’y aura pas non plus de risque de famine, pas plus que de tensions sur les besoins fondamentaux (eau, électricité).
 
En fait, l’indice de fécondité a énormément baissé en Chine. Il est passé de 6,1 enfants par femme en 1950 à 1,6 aujourd’hui. Aussi, le libre choix du second enfant ne devrait pas avoir une conséquence sensible sur l’accroissement de la population. Les experts estiment que grâce à une politique assoupli le chiffre pourrait atteindre entre 1,7 et 1,8,
En 2020, l’Empire du milieu devrait compter moins de 1,43 milliard d’habitants.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.