Des pays de l'Onu appellent la Chine à stopper la répression des Ouïghours

Selon l'ONU et des militants des droits de l'homme, au moins un million d'Ouïghours et d'autres membres de minorités musulmanes ont été détenus dans les camps du Xinjiang. 

Des Indonésiens manifestent contre la répression de la Chine envers les Ouïghours devant l\'ambassade de Chine à Jakarta, Indonésie, le 21 décembre 2018. 
Des Indonésiens manifestent contre la répression de la Chine envers les Ouïghours devant l'ambassade de Chine à Jakarta, Indonésie, le 21 décembre 2018.  (ANTON RAHARJO / ANADOLU AGENCY)

Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et une vingtaine d'autres pays membres des Nations unies ont demandé mardi 29 octobre à la Chine de mettre fin à la détention des Ouïghours et des autres membres de minorités musulmanes de la province du Xinjiang.

Devant la commission des droits de l'homme des Nations unies, l'ambassadrice britannique auprès de l'Onu, Karen Pierce, a fait une déclaration de la part de 23 Etats membres – parmi lesquels les Etats-Unis, le Canada, la France, l'Allemagne et le Japon – demandant au gouvernement chinois de "respecter ses lois nationales, ses obligations internationales et ses engagements pour le respect des droits de l'homme – dont la liberté de croyance – dans le Xinjiang et à travers la Chine".

Selon des experts de l'Onu et des militants des droits de l'homme, au moins un million d'Ouïghours et d'autres membres de minorités musulmanes, comme les Kazakhs, ont été détenus dans les camps du Xinjiang. L'ambassadeur de la Chine auprès de l'Onu, Zhang Jun, a décrit les accusations visant Pékin comme "sans fondement". S'exprimant devant des journalistes, il a dénoncé une "ingérence flagrante dans les affaires internes de la Chine et une provocation délibérée".