Cet article date de plus de six ans.

Chine : un promoteur engage des malades du sida pour expulser des habitants d'une résidence

Dans un pays où les séropositifs sont traités comme des pestiférés, l'objectif était d'effrayer les habitants d'une résidence pour la racheter.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une carte de Nanyang (Chine), ville où un promoteur a engagé des hommes de main porteurs du virus du sida pour faire fuir les habitants d'une résidence. (GOOGLEMAPS)

Un promoteur chinois a engagé des séropositifs pour harceler et faire fuir les habitants d'une résidence du Henan (centre de la Chine) qu'il convoitait, suscitant l'indignation sur les réseaux sociaux, mardi 30 décembre. Les six hommes porteurs du virus VIH constituaient "l'équipe sida de démolition", selon les multiples tags visibles sur les murs de la résidence, qui constituaient leur "signature", propre à épouvanter les habitants. Ils tiraient également au lance-pierre des billes d'acier dans les vitres des appartements ou faisaient claquer des ribambelles de pétards à tout bout de champ.

Les préjugés sur les porteurs du sida sont encore très vifs en Chine où ils sont souvent traités comme des pestiférés. La semaine dernière, le ministère chinois de la Santé avait dû s'engager à fournir des soins médicaux à Kunkun, un enfant séropositif de 80 ans que des habitants voulaient chasser de son village.

Les pouvoirs locaux mis en cause sur les réseaux sociaux

Ces hommes de main ont été engagés par la Yi'an Real Estate Company, un cabinet immobilier, "pour parvenir à son objectif d'une démolition rapide" de la résidence, a déclaré dans un reportage, diffusé lundi soir à la télévision chinois, un responsable politique du Henan. Cette province chinoise avait été le théâtre d'un énorme scandale du sang contaminé dans les années 1990, affectant des dizaines de milliers de personnes.

"Ces tactiques obscènes d'équipes de démolition se multiplient de façon incroyable", s'est indigné, mardi, un internaute sur Sina Weibo, le Twitter chinois, en référence aux scandales en série dans le pays liés à des évictions forcées, avec recours à des hommes de main, pour des projets immobiliers. "Les départements concernés du gouvernement sont, sans aucun doute, au courant, ils prétendent seulement le contraire", écrivait un autre.

Les gouvernements locaux tirent d'énormes bénéfices de la revente aux promoteurs des terrains après l'éviction des résidents, qui opposent souvent une résistance opiniâtre aux autorités et aux promoteurs. Dans cette affaire, quatre officiels ont été réprimandés et cinq suspects interpellés, selon Chine nouvelle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.