Cet article date de plus de six ans.

Chine : la police pointée du doigt après la bousculade mortelle du réveillon du jour de l'an

La presse et l'opinion publique dénoncent, vendredi, le faible nombre de policiers présents à Shanghai lors de cette soirée, durant laquelle 36 personnes sont mortes lors d'un mouvement de foule.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers chinois encadrent les passants à Shanghai (Chine), le 1er janvier 2015. (IMAGINECHINA / AFP)

Certains médias officiels chinois et l'opinion publique ont reproché, vendredi 2 janvier, aux autorités et à la police de ne pas avoir pris des mesures suffisantes pour empêcher la bousculade qui a endeuillé Shanghai lors du réveillon du Nouvel an. Trente-six personnes sont mortes, et 47 ont été blessées, dont 13 grièvement, lors de ce drame survenu sur le Bund, le large boulevard qui longe le fleuve Huangpu.

Chine nouvelle se demande pourquoi il y avait si peu de policiers en service pour canaliser les dizaines de milliers de personnes qui affluaient en fin de soirée, mercredi, sur le Bund pour le changement d'année. L'agence de presse relève que la bousculade meurtrière s'est produite non loin d'une nouvelle zone de libre échange considérée par les médias récemment comme la "fierté du pays" : "Ce drame survenu dans le centre financier de la Chine, Shanghai, rappelle que la deuxième économie au monde est toujours un pays en développement, dont la gestion sociale demeure fragile", déplore Chine nouvelle.

La thèse des faux dollars jetée dans la foule écartée

Des habitants de Shanghai ont également dénoncé l'attitude de la police durant la soirée. "Il n'y avait pas assez de policiers, l'organisation n'était pas à la hauteur. Il est vraiment triste de voir une bousculade se produire dans une grande ville comme Shanghai", estime Tang Lifeng, 38 ans, qui réside dans le quartier. "En l'espace d'une nuit, la Chine est devenue comme l'Inde, Shanghai a ressemblé à Bombay", a écrit un utilisateur de Weibo, le "Twitter chinois".

Le lieu de la bousculade était toujours bouclé vendredi, et des proches des victimes sont venus se recueillir avec des cierges. La police se borne, pour l'heure, à dire qu'une enquête a été ouverte sur ce drame et a démenti que la bousculade meurtrière ait été provoquée par la dispersion de faux dollars depuis la fenêtre d'un immeuble du Bund.

Chine nouvelle avait, en effet, cité après le drame un témoin déclarant que des "coupons", semblables à des dollars, avaient été jetés depuis une fenêtre du troisième étage d'un immeuble et que les passants s'étaient précipités pour les ramasser. Selon la police, ces prospectus promotionnels pour une boîte de nuit ont bien été lancés, mais à plusieurs dizaines de mètres des lieux du drame et 12 minutes après la bousculade.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.