Cet article date de plus d'un an.

Chine : le bilan de l'effondrement d'un immeuble à Changsha est désormais de 53 morts, les opérations de recherche "terminées"

Seules dix personnes ont été retrouvées vivantes dans les décombres du bâtiment. Onze autres, dont le propriétaire de l'immeuble et une équipe d'inspecteurs de sécurité, ont été arrêtées dans le cadre d'une enquête.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des équipes de secours interviennent après l'effondrement d'un immeuble à Changsha (Hunan), en Chine, le 1er mai 2022. (SHEN HONG / XINHUA / AFP)

Seulement 10 survivants, et 53 morts. C'est le lourd bilan définitif dévoilé par la télévision publique chinoise CCTV, vendredi 6 mai, après une semaine de recherches pour sauver les habitants piégés dans les décombres d'un immeuble qui s'était effondré à Changsha, dans le centre du pays, le 29 avril.

Le bâtiment de huit étages, qui abritait un hôtel, des appartements et un cinéma, s'est effondré pour une raison encore inconnue. "Toutes les personnes piégées et dont on était sans nouvelles sur le site [de la catastrophe] ont été retrouvées", a indiqué CCTV, qui a annoncé que les opérations de secours étaient à présent "terminées". Des responsables de la ville, capitale de la province du Hunan, ont présenté leurs condoléances aux familles des victimes et leurs "sincères excuses" lors d'une conférence de presse vendredi.

Peu après le drame, le président Xi Jinping avait ordonné une enquête approfondie sur la cause de la catastrophe. Onze personnes, y compris le propriétaire de l'immeuble et une équipe d'inspecteurs de sécurité, ont déjà été arrêtées, selon les autorités de Changsha. Deux d'entre elles sont soupçonnées d'avoir apporté des transformations ayant "altéré" l'édifice. Les inspecteurs auraient, eux, falsifié une expertise de sécurité. Ce type de catastrophe se produit régulièrement en Chine. La plupart des enquêtes qui sont ensuite menées mettent en lumière un non-respect des normes de construction.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.