Chine : dans le secteur du luxe, les étudiants formés pour reconnaître les contrefaçons

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Chine : dans le secteur du luxe, les étudiants formés pour reconnaître les contrefaçons
France 3
Article rédigé par
A. Miguet, G. Caron - France 3
France Télévisions

80% des produits contrefaits saisis par la douane dans le monde viendraient de Chine. Le pays commence à combattre ces pratiques, en formant de futurs spécialistes. 

À Pékin comme dans la plupart des villes chinoises, le marché du luxe explose. Toutes les grandes marques ont pignon sur rue, et l'affluence est quotidienne. Le plus grand marché du luxe au monde est également le plus grand marché du faux. Les contrefaçons de parfums, alcools, jouets, chaussures et vêtements de sport abondent. Les professionnels, capable de reconnaître les faux, sont donc très recherchés par les marques. "La vérification d'une montre porte principalement sur l'axe et la pointe de l'aiguille", explique ainsi un jeune détective, en école de commerce. 

Former les spécialistes de demain 

Moyennant la coquette somme de 2 000 euros par semaine, les jeunes détectives se forment aux métiers du luxe, et doivent être capable de déjouer les faussaires. "Les marques utilisent toutes sortes de polices d'écriture différentes, affirme l'un d'eux. (…) Vous devez savoir associer une police avec un article et une marque." 

Aux exercices pratiques s'ajoutent des cours théoriques, dispensés ici par Zhang Chen, fondateur de l'école Beijing Extraordinary Luxuries Technology et chasseur de contrefaçons. "Plus de la moitié des marchandises que nous manipulons sont fausses, telle est la situation du secteur, indique ce dernier. Et sur cette moitié de contrefaçons, 60 à 70% sont tellement de mauvaise qualité qu'on peut les reconnaitre au premier coup d'œil." Les détectives de produits contrefaits sont de plus en plus demandés en Chine, où le marché du luxe représente 500 milliards d'euros. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.