Environnement : pour Jane Fonda, le Premier ministre canadien "a trahi ses engagements pris à Paris"

Après une visite à Fort McMurray, la star américaine a sévèrement critiqué, mercredi , le gouvernement canadien pour la construction de deux pipelines dans l’Ouest canadien. 

Déjà en décembre 2016, Jane Fonda, ici à Hollywood, soucieuse de l\'environnement, avait affiché son opposition à un oléoduc en projet dans le Dakota du nord
Déjà en décembre 2016, Jane Fonda, ici à Hollywood, soucieuse de l'environnement, avait affiché son opposition à un oléoduc en projet dans le Dakota du nord (TOMMASO BODDI / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

L’actrice américaine, Jane Fonda, a sévèrement critiqué, mercredi 11 janvier, le gouvernement canadien pour la construction de deux pipelines dans l’Ouest canadien. La star, connue pour son militantisme, s'est exprimée après avoir visité les installations pétrolières à Fort McMurray, où un gigantesque incendie a ravagé la forêt et rasé plus de 2 000 habitations au printemps 2016.

Une "trahison" des engagements pris à Paris

A l’invitation de Greenpeace et de représentants amérindiens, Jane Fonda a découvert des paysages ravagés par l’exploitation des sables bitumineux, dans la région de Fort Mc Murray, troisième réserve mondiale de pétrole. Cette vision semble avoir profondément bouleversé Jane Fonda, au point de l'entendre en conférence de presse, critiquer les choix environnementaux de Justin Trudeau, le Premier ministre du Canada. "Il  a trahi tous les engagements qu’il a pris à Paris", a-t-elle déclaré. "La leçon que j’en tire, c’est qu’on ne devrait pas se laisser avoir par des Libéraux beaux parleurs et qui présentent bien", a ajouté l'actrice, en enfonçant le clou : "Vous savez, Trump ne nous surprend pas, on le connaît. Mais Trudeau, on le trouvait cool, n’est-ce pas ? Quelle déception."

Interpellée par des habitants de Fort McMurray, l’actrice américaine s'est défendue de critiquer les employés des installations pétrolières. En revanche, Jane Fonda considère qu’il est temps pour les élus de protéger la planète et de régler la question des changements climatiques, en s'abstenant de construire de nouvelles infrastructures pour les hydrocarbures. De son côté, le porte-parole du ministre canadien des Ressources naturelles a expliqué qu’on pouvait très bien développer ce genre d’énergie tout en protégeant l’environnement.  

Environnement : pour Jane Fonda, le Premier ministre canadien "a trahi ses engagement pris à Paris" - un reportage de Pascale Guéricolas
--'--
--'--