"Écologiquement, c'est une aberration" : le juteux business de l'eau d'icebergs

Au Canada, des "chasseurs" traquent les icebergs pour récupérer l'eau, qu'ils embouteillent pour la revendre ensuite à des prix élevés.

L\'eau des icebergs, considérée comme extrêmement pure, devient l\'objet d\'un commerce juteux. 
L'eau des icebergs, considérée comme extrêmement pure, devient l'objet d'un commerce juteux.  (JOHANNES EISELE / AFP)

"Écologiquement, c'est une aberration de transporter de l'eau sur des milliers et des milliers de kilomètres", a expliqué le glaciologue Gaël Durand à France Inter. Il réagit à un business qui se développe sur l'île de Terre-Neuve, à l'est du Canada. Des chasseurs d'icebergs partent à la conquête de ces grosses masses. Ils tirent plusieurs coups de fusil pour décrocher des morceaux de glace, les broient puis revendent l'eau récupérée à des entreprises locales, qui en font un produit de luxe.

Des bouteilles d\'eau issue des icebergs. 
Des bouteilles d'eau issue des icebergs.  (JOHANNES EISELE / AFP)

Il faut dire que c'est l'une des glaces les plus pures au monde : elle a gelé bien avant la pollution industrielle du 20e siècle. Avec l'accélération du réchauffement climatique dans le Grand Nord, qui accentue la dislocation de la calotte glaciaire, les affaires se portent bien.

Onze euros la bouteille

Mais ce juteux commerce est loin d'être bon pour l'environnement, d'après Gaël Durand : "C'est une activité supplémentaire d'aller transporter de la glace, depuis les pôles jusqu'à son consommateur. Cela nécessite de dépenser de l'énergie."

La proportion de glace "capturée" par ces chasseurs d'or blanc reste réduite, par rapport à la quantité d'iceberg qui est produite chaque année autour du Groenland. Mais suffisamment pour gagner beaucoup d'argent : une bouteille d'eau est vendue 11 euros et le prix peut monter à 60 euros, quand cette même eau est mélangée à de la bière ou de la vodka.