Climat : le Canada approuve un grand projet pétrolier offshore controversé

"Le projet d'exploitation de Bay du Nord peut aller de l'avant, sous réserve de certaines des conditions environnementales les plus strictes jamais imposées, a déclaré le ministre de l'Environnement.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre canadien de l'Environnement et du Changement climatique, Steven Guilbeault, l ors d'une conférence de presse à la COP26 à Glasgow (Ecosse), le 12 novembre 2021. (PAUL ELLIS / AFP)

Alors que le GIEC vient de son rendre son troisième rapport à l'intention des décideurs pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, le gouvernement de Justin Trudeau, au Canada, a donné son aval pour la construction d'un grand projet pétrolier controversé dans l'océan Atlantique, a annoncé mercredi 6 avril le ministre de l'Environnement Steven Guilbeault.

Ce projet, nommé Bay du Nord et porté depuis des années par le géant norvégien Equinor, permettra d'exploiter un gisement pétrolier à plus d'un kilomètre de profondeur à 500 kilomètres au large de la province de Terre-Neuve. La mise en exploitation du projet est prévue en 2028.

300 millions de barils de pétrole sur 30 ans

"Le projet d'exploitation de Bay du Nord peut aller de l'avant, sous réserve de certaines des conditions environnementales les plus strictes jamais imposées, y compris l'exigence historique pour un projet pétrolier et gazier d'atteindre la carboneutralité d'ici 2050", a déclaré le ministre et ex-activiste pour le climat. Selon une évaluation environnementale approfondie, le projet n'est pas susceptible d'entraîner des effets environnementaux négatifs importants, a-t-il ajouté.

Il s'agira de la cinquième plateforme pétrolière du genre au Canada et cela permettra l'extraction d'environ 300 millions de barils de pétrole sur 30 ans, selon l'entreprise.

Selon le rapport des experts climat de l'ONU, pour respecter une hausse des températures à +1,5°C, l'usage du charbon sans capture de carbone devrait être totalement stoppé et ceux du pétrole et du gaz réduits de 60% et 70%, respectivement, d'ici à 2050 par rapport aux niveaux de 2019.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.