Brésil : les recherches se poursuivent après la rupture d'un barrage

Plus de 20 000 habitants d'une localité de l'état de Minas Gerais ont été évacués alors qu'une nouvelle digue minière menaçait de rompre. Le dernier bilan de la catastrophe du 25 janvier reste incertain et près de 300 personnes sont toujours portées disparues.

FRANCE 2

Les chances de retrouver des survivants sont minimes, mais les secouristes ne perdent pas espoir après qu'un barrage minier a cédé pour une raison inconnue. La coulée de boue a tout englouti sur son passage, vue du ciel c'est une rivière de terre et de débris, un mélange d'eau et de déchets miniers qui a dévasté les habitations. Réfugiés sur un toit au moment de la catastrophe, un homme a vu ses voisins disparaître à quelques mètres de lui : "La boue emportait les gens, certains levaient la main pour demander de l'aide, c'était comme un film d'horreur", explique-t-il. C'est l'un des trois barrages d'une mine qui a cédé : un barrage de rétention de déchets miniers, avec une capacité de 12 millions de mètres cube et sa rupture vendredi 25 janvier a déclenché la gigantesque coulée de boue.

450 barrages dans la région

Un nouvel accident qui ravive les craintes autour de la sécurité des barrages miniers au Brésil. "Il y a 450 barrages dans la région et environ 10% d'entre eux ne présentent pas de garanties de stabilité", explique Luiz Jardim Wanderley, géographe spécialiste des mines. L'exploitant est un des géants de l'industrie minière au Brésil et c'est à cette entreprise que les familles de disparus réclament des informations. La catastrophe a fait plus de 30 morts, près de 300 personnes sont toujours portées disparues.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une vue aérienne montrant les dégâts causés par la rupture d\'un barrage minier de la société Vale, près de la ville de Brumadinho (Etat du Minas Gerais, Brésil), le 25 janvier 2019. 
Une vue aérienne montrant les dégâts causés par la rupture d'un barrage minier de la société Vale, près de la ville de Brumadinho (Etat du Minas Gerais, Brésil), le 25 janvier 2019.  (DOUGLAS MAGNO / AFP)