Brésil : colère et indignation contre Rousseff et Lula, accusés de corruption

Des milliers de Brésiliens manifestent contre le pouvoir après la manœuvre politique de la présidente pour protéger son mentor compromis par une enquête pour corruption.

Voir la vidéo
FRANCE 3
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Dans les rues de Brasilia, face au palais présidentiel, beaucoup de manifestants ont crié leur colère envers Dilma Rousseff, présidente du Brésil. Au même moment, elle a souhaité la bienvenue à son "cher camarade" Lula da Silva. L'ex président est nommé en tant que directeur du cabinet présidentiel, ce qui lui octroie une place de quasi Premier ministre.

Au Brésil, cette nomination a un parfum de scandale. Lula est poursuivi pour corruption dans le vaste scandale Petrobras, une compagnie pétrolière. Et mercredi soir, la diffusion d'une conversation téléphonique entre Lula et Rousseff a attisé la colère du peuple : il ne fait aucun doute que cette nomination a pour but d'octroyer une immunité judiciaire à Lula.

Procédure de destitution de la présidente entamée

"Je suis venue ici pour un meilleur pays, sans corruption, plus digne pour le peuple. A bas la corruption, à bas Dilma, à bas Lula ! Partez ", a scandé l'une des milliers de manifestants. La grande réputation dans l'opinion de Lula - l'homme qui a réduit la misère et hissé le Brésil au rang des grandes puissances - est sérieusement mise à mal.

Ce 17 mars, un juge a suspendu l'entrée de Lula au gouvernement, alors que les députés ont entamé la procédure de destitution de Dilma Rousseff. Elle est accusée d'avoir maquillé les comptes publics en 2014, année de sa réélection.

Le JT
Les autres sujets du JT
La présidente brésilienne, Dilma Rousseff, et son prédécesseur, Lula, à Brasilia (Brésil), le 17 mars 2016. 
La présidente brésilienne, Dilma Rousseff, et son prédécesseur, Lula, à Brasilia (Brésil), le 17 mars 2016.  (ADRIANO MACHADO / REUTERS)