Birmanie : le pays sous tension, six mois après l’arrivée au pouvoir de la junte militaire

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Birmanie : le pays sous tension, six mois après l’arrivée au pouvoir de la junte militaire
FRANCEINFO
Article rédigé par
E.Bailly, J.Chouquet - franceinfo
France Télévisions

Le 1er février dernier, la junte militaire a pris le pouvoir en Birmanie. Depuis, une résistance s’organise contre le gouvernement et l’annonce de futures élections en août 2023 n’arrive pas à calmer la situation.

Il est encore risqué de manifester son mécontentement contre le pouvoir en place en Birmanie dimanche 1er août. Six mois plus tôt, le 1er février, la junte militaire avait dénoncé des fraudes après sa défaite aux élections. Elle a ensuite réalisé un coup d’état et pris le pouvoir. Aung San Suu Kyi a, elle, été enfermée. Des soulèvements populaires ont lieu dans le pays mais font face à une forte répression : 900 personnes ont été tuées, des milliers d’autres emprisonnées.

Le pays en difficulté sur le plan économique

La situation politique en Birmanie a des conséquences directes sur de nombreux aspects. Une résistance contre le gouvernement en place s’organise : une grève générale paralyse l’administration du pays. L’économie chute également de 18%. Face à cette situation, la junte militaire a confirmé la tenue de nouvelles élections en août 2023. Des annonces qui n’ont pas pour autant apaisé les tensions dans le pays. De son côté, Aung San Suu Kyi risque dix ans de prison.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Birmanie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.