Cet article date de plus d'onze ans.

Ben Laden était "aux abois" selon des documents

Les États-Unis s'apprêtent à publier une partie des documents saisis voilà un an dans l'opération au cours de laquelle Oussama ben Laden a été tué. Selon cette sélection, le leader terroriste réfugié au Pakistan voyait son mouvement dans l'impasse.
Article rédigé par Alexandre Chassignon
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Franceinfo (Franceinfo)

Al-Qaïda subissait "catastrophe après catastrophe ". C'est ce que des analystes de l'armée américaine retirent de documents extraits du repaire d'Oussama ben Laden. Les Etats-Unis vont marquer le premier anniversaire de la mort du chef terroriste en en publiant une partie sur le site de l'académie militaire de West Point.

Selon John Brennan, le principal conseiller du président Obama pour l'antiterrorisme, Ben Laden "reconnaissait subir catastrophe après catastrophe ", au point d'être "aux abois ". Il aurait ainsi demandé aux responsables d'Al-Qaïda de se réfugier dans des zones "éloignées des lieux sujets à des photographies aériennes et des bombardements".

Le front des armes et celui des mots

Les frappes aériennes menées notamment à partir de drones auraient, à force, désorganisé le réseau terroriste. Au point que Ben Laden s'est inquiété de "la montée dans la hiérarchie de combattants pas aussi expérimentés, avec pour conséquence de répéter des erreurs ". Aujourd'hui, selon John Brennan, "les dirigeants d'Al-Qaïda continuent à avoir des difficultés à communiquer avec leurs subordonnés et groupes affiliés. Le moral est bas ".

L'affrontement se déroulait aussi sur le front des mots. "Comme le disait Ben Laden lui-même, les responsables américains ont arrêté, pour la plupart, de parler de guerre contre le terrorisme afin de ne pas provoquer les musulmans ", souligne Jiohn Brennan. Apparemment avec succès : "L'image d'Al-Qaïda est tellement abîmée que Ben Laden a même réfléchi à changer (le) nom " d'Al Qaïda.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.