VIDEO. Russie : plat de résistance au menu du sommet européen

Quelle est la position des chefs d'État et des gouvernements européens face à la crise russe ? France 3 fait le point.

FRANCE 3

"Jeudi 18 décembre, François Hollande a annoncé qu'il attendait un geste de la part de Moscou qui pourrait déboucher sur une désescalade. Ainsi, il n'y a pas de sanctions envisagées ce soir si les accords de Minsk sont mis en œuvre", explique Pascal Verdeau, journaliste de France 3 à la rédaction européenne de Bruxelles.
"Nous faisons un travail de bénédictin. Nous renouons lentement les fils du dialogue", a confié un diplomate français au journaliste de France 3.

Les 28 vont dans la même direction

Du côté des partenaires européens, la ligne est beaucoup plus dure. "Pour la nouvelle chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, il faut que Vladimir Poutine change radicalement son comportement", détaille Pascal Verdeau.
Officiellement, les 28 vont dans la même direction. "Ce matin, ils ont décidé d'isoler encore un peu plus la Crimée et de suspendre tout investissement et toute croisière en direction de la péninsule", poursuit le journaliste. Un chiffon rouge qui ne va pas vraiment dans le sens de l'apaisement.

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vladimir Poutine, le 18 décembre 2014, à Moscou (Russie), lors de sa conférence de presse annuelle.
Vladimir Poutine, le 18 décembre 2014, à Moscou (Russie), lors de sa conférence de presse annuelle. ( MAXIM ZMEYEV / REUTERS )