L'Indonésie exécute huit condamnés à mort

Ils ont été fusillés ce mardi 28 avril pour trafic de drogue. Les pressions diplomatiques n'auront rien fait. Le Français Serge Atloui ne fait pas partie de cette liste macabre.

FRANCE 3

C'est officiel, ce mardi 28 avril, Jakarta (Indonésie) a exécuté huit hommes, condamnés à mort pour trafic de drogue. Des officiels et des proches étaient à leurs côtés jusqu'au dernier moment. Ni les pressions diplomatiques ni les suppliques n'ont fait reculer les Indonésiens, rapporte un journaliste de France 3.

"Monsieur le Président, ne tuez pas mon fils", s'écrie en pleurs, face aux caméras, la mère d'un Australien exécuté. Un peu plus tôt dans la journée, le ballet des ambulances transportant les cercueils ne laissait planer guère de doutes sur l'issue réservée aux condamnés.

Serge Atlaoui en sursis

"Nous combattons un crime très sérieux : le trafic de drogue. Je demande à chacun de comprendre", s'est exprimé le procureur général indonésien, Muhammad Prasetyo.
À la surprise générale, une domestique philippine de 30 ans, a obtenu un sursis. Sa condamnation à mort avait fait l'objet d'une intense campagne de mobilisation dans son pays.

Le Français Serge Atlaoui bénéficiera-t-il, lui aussi, d'un acte de clémence ? S'il a été retiré au dernier moment de la liste des condamnés à mort, c'est en raison d'un ultime recours devant la justice. Son sort reste incertain.

Le JT
Les autres sujets du JT
Serge Atlaoui accorde une interview à l\'AFP le 25 septembre 2010 depuis la prison où il est détenu sur l\'île de Nusakambangan, dans le sud de Java, en Indonésie. 
Serge Atlaoui accorde une interview à l'AFP le 25 septembre 2010 depuis la prison où il est détenu sur l'île de Nusakambangan, dans le sud de Java, en Indonésie.  (BAY ISMOYO / AFP)