Cet article date de plus de deux ans.

Séisme et tsunami en Indonésie : près de 1 400 morts et des besoins "immenses", selon l'ONU

Quelque 66 000 logements ont été détruits par le séisme suivi d'un tsunami, qui a particulièrement touché l'île de Célèbes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Vue sur l'île de Célèbes, en Indonésie, le 3 octobre 2018, après le séisme et le tsunami du 28 septembre 2018 qui a dévasté l'île.  (JEWEL SAMAD / AFP)

Le bilan s'alourdit, une nouvelle fois. Près de 1 400 personnes ont péri dans le séisme suivi d'un tsunami qui a particulièrement frappé l'île de Célèbes (Indonésie), selon un nouveau décompte. "Bien que le gouvernement et les organisations d'urgence travaillent sans relâche pour apporter une aide vitale, les besoins demeurent immenses", a indiqué mardi 2 octobre le bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) dans un communiqué.

Près de 200 000 personnes ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence, selon l'Ocha, parmi lesquelles des dizaines de milliers d'enfants. On estime à 66 000 le nombre de logements qui ont été détruits vendredi par la secousse de magnitude 7,5 et le raz-de-marée destructeur qu'elle a engendré.

"Un sentiment de frustration"

Depuis, les survivants combattent la faim et la soif en raison d'un manque d'eau potable et de nourriture, et les autorités sont dépassées par le nombre de blessés à traiter.

"Le sentiment des équipes travaillant sur place est un sentiment de frustration", a expliqué mardi soir à Genève (Suisse) Jens Laerke, de l'Ocha. "Des portions importantes de ce qui pourrait être la zone la plus touchée n'ont toujours pas été complètement atteintes. Mais les équipes se démènent et font ce qu'elles peuvent."

"Le bilan est désormais de 1 374 morts et 113 blessés", a annoncé mardi à Palu, sur la côte ouest de l'île de Célèbes, Willem Rampangilei, directeur de l'agence indonésienne de gestion des catastrophes naturelles. "Il y a toujours quelques corps piégés sous les décombres. Nous ignorons combien. Notre priorité reste de trouver et sauver des gens."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.