Unicef : plus d'un million d'enfants népalais ont besoin d'un aide d'urgence

L'Unicef tire la sonnette d'alarme. Quatre jours après le séisme, 1,3 million d'enfants ont besoin d'une aide d'urgence. Une équipe de France 2 fait le point.

France 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le bilan du séisme de samedi 25 avril au Népal fait toujours état de plus de 5 000 morts. Les enfants népalais ont été très durement touchés, 1,3 million d'entre eux ont besoin d'une aide d'urgence.

Des enfants pris au piège dans le tremblement de terre sont arrivés par centaines dans les hôpitaux ou centres d'accueil de Katmandou. La plupart d'entre eux arrivent de zones isolées.

L'urgence

Au total, selon les calculs de l'Unicef, près d'un million d'enfants ont été affectés par le séisme. "Du jour au lendemain, ils n'ont plus d'endroits où habiter. Leurs parents, souvent, ont disparu donc ils se retrouvent dans la rue, dans des centres ou à la belle étoile", explique au micro de France 2, Jean-Jacques Simon, chargé de communication à l'Unicef.

Dans les camps de fortune où certains enfants ont trouvé refuge, l'hygiène est des plus limitées. "Malgré les conditions d'hygiène, les risques d'épidémie de malaria, de cholera ou de paludisme semblent pour l'instant écartés, mais tout peut changer très vite, d'autant plus que la saison des pluies vient de commencer", rapporte Hakim Abdelkhalek, envoyé spécial de France 2.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des militaires et des habitants de katmandou (Népal), tente de déblayer les ruines des bâtiments, mis à terre par un séisme survenu samedi 25 avril, afin de retrouver des victimes. 
Des militaires et des habitants de katmandou (Népal), tente de déblayer les ruines des bâtiments, mis à terre par un séisme survenu samedi 25 avril, afin de retrouver des victimes.  (PRAKASH MATHEMA / AFP)