Russie : au moins quatorze morts dans un deuxième attentat en deux jours à Volgograd

Ce deuxième attentat, commis par un kamikaze près de la région instable du Caucase russe, intervient à six semaines de l'ouverture des Jeux olympiques.

Le trolleybus détruit par l\'attentat à Volgograd (Russie), le 30 décembre 2013.
Le trolleybus détruit par l'attentat à Volgograd (Russie), le 30 décembre 2013. (STR / AFP)

Au moins 14 personnes sont mortes à la suite d'un attentat survenu, lundi 30 décembre au matin, dans un trolleybus à Volgograd, en Russie. "Le nombre de morts a augmenté à 14, le nombre de blessés à 28", selon le dernier bilan officiel. Il s'agit du deuxième attentat suicide frappant cette ville du sud-ouest de la Russie en deux jours. Dimanche, une bombe a été déclenchée dans la gare de Volgograd, faisant au moins 18 morts et 40 blessés, alors que le week-end constituait pour de nombreux Russes le lancement de la période des fêtes.

Que sait-on de l'enquête ? 

Les premiers éléments de l'enquête sur cet attentat indiquent que "l'engin explosif a été déclenché par un kamikaze de sexe masculin", annonce le comité d'enquête russe, qui a ouvert une enquête pour "terrorisme". Les explosifs utilisés pour l'attentat présentent des éléments "identiques" à ceux utilisés dimanche, ce qui "confirme la version d'un lien entre les deux attentats", qui "ont pu être préparés au même endroit", ajoute cet organisme chargé des principales investigations en Russie.

ALBAN MIKOCZY, VOLODIA SIDOROV - FRANCE 2

Les enquêteurs soulignent aussi la puissance de l'explosion, les explosifs utilisés correspondant à quatre kilogrammes de TNT, et estiment que le lieu et l'heure de l'attentat n'ont "pas été choisis au hasard".

Quelles conséquences pour les JO de Sotchi ? 

Volgograd se trouve à 900 km de Sotchi, qui accueillera les Jeux olympiques dans six semaines.

Le président russe Vladimir Poutine a ordonné lundi un renforcement de la sécurité dans toute la Russie. Les mesures de sécurité avaient déjà été renforcées dans les principales gares et principaux aéroports de Russie après l'attentat de dimanche. Les autorités régionales avaient également annoncé avoir mis en place un niveau élevé d'alerte antiterroriste dans la région de Volgograd pour les 15 jours à venir.

La rébellion islamiste cherche à établir un Etat islamiste dans le Caucase du Nord, et son chef, Dokou Oumarov, ennemi numéro un du Kremlin, avait appelé en juillet dans une vidéo à des attaques pour empêcher "par tous les moyens" le déroulement des JO de Sotchi.