Pourquoi la mer de Chine méridionale (et ses centaines d'îlots) attise les tensions entre Pékin et Washington

Alors que la Chine conclut ses exercices de tirs réels autour de Taiwan, Pékin dénonce l'"intrusion" d'un destroyer américain dans un secteur de mer de Chine méridionale. Cette zone est aujourd'hui scrutée par de nombreux observateurs.
Article rédigé par Thomas Pontillon
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Un soldat à bord d'un navire de la marine taiwanaise suit les mouvements du porte-avions chinois "Shandong", en mer de Chine, le 5 avril 2023. (HANDOUT / TAIWAN'S MINISTRY OF NATIONAL DEFENCE)

Au total, elle baigne sept pays avec ses 3 500 000 km2. Et elle attise certaines envies. La mer de Chine méridionale se trouve en Asie du Sud-Est. Elle borde le sud de la Chine, Taïwan, puis longe le Vietnam et va jusqu'aux Philippines, en Indonésie et en Malaisie. C'est un axe stratégique majeur puisque 30% du commerce mondial passe ici, notamment d'immenses porte-conteneurs qui viennent livrer l'Europe.

Et en plein milieu de cette mer en partie fermée, on trouve de très nombreuses îles, parfois de simples récifs, des cailloux de quelques mètres, totalement inhabitables, ou des atolls paradisiaques, mais minuscules. 

C’est pourtant ces confettis d'îles qui attisent les tensions, puisque le pays qui plante son drapeau sur ces terres dispose des eaux territoriales. En clair, plusieurs kilomètres de mer (parfois plusieurs centaines) lui appartiennent alors. C’est pour cette raison que la Chine, ces dernières années, s'est littéralement installée, parfois par la force, sur certaines de ces petites îles.

Exemple de polderisation des îles Spratley par la Chine. Ici, le récif Fiery Cross. Rapport d'information de l'Assemblée nationale sur les enjeux stratégiques en mer de Chine méridionale. (ASSEMBLEE NATIONALE)

Des images satellites ont montré que de tout petits atolls, qui n'étaient qu'un banc de sable, abritent aujourd'hui une piste d'aviation et quelques maisons. C’est suffisant pour être revendiqué comme un territoire chinois, tout en étant revendiqué en même temps par d'autres pays de la région. 

>> La mer de Chine méridionale, l’une des zones potentiellement les plus dangereuses de la planète

Une zone de plus en plus militarisée

Cet enchevêtrement de revendications territoriales pousse du coup à militariser la région. La Chine, depuis plus d'une dizaine d'années, en profite pour construire des installations militaires sur ces récifs ou ces atolls : des hangars, des radars ou encore des batteries de missiles anti-aériens et anti-navires...

Dans cette mer de Chine méridionale, Pékin a déployé des moyens considérables sur l'ensemble de la mer pour tenter d'avoir un accès direct à l'océan Pacifique. En conséquence, les pays voisins, eux aussi, se sont renforcés militairement ces dernières années, tout en restant craintifs face au géant chinois. 

S'ajoute du coup la présence autour de cette zone, de navires américains, comme celui détecté lundi 10 avril par Pékin. Les États-Unis, eux aussi, ont renforcé leur présence ces dernières années, notamment parce qu'ils comptent de nombreux alliés dans la région, comme les Philippines. Alors que la Chine clôturait lundi trois jours d’exercices militaires visant à simuler un "bouclage" de Taïwan, les États-Unis ont, eux aussi, fait une démonstration de force en faisant effectuer à leur destroyer USS Milius une "opération de liberté de navigation" dans un secteur de la mer de Chine méridionale revendiqué par Pékin. L’"intrusion" a été immédiatement été dénoncée par la Chine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.