Pakistan : l'arrestation de l'ex-Premier ministre Imran Khan a été invalidée par la Cour suprême

Pour la Cour, qui s'est prononcée jeudi, "aucune arrestation ne devrait avoir lieu dans les locaux d'un tribunal".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'ancien Premier ministre pakistanais Imran Khan arrive pour comparaître devant la Haute Cour d'Islamabad (IHC), à Islamabad (Pakistan), le 9 mai 2023. (MUHAMMAD REZA / ANADOLU AGENCY / AFP)

La Cour suprême du Pakistan a invalidé, jeudi 11 mai, l'arrestation de l'ex-Premier ministre Imran Khan, qui avait déclenché des manifestations violentes de ses partisans dans tout le pays. "Votre arrestation est invalide et le processus entier doit être revu", a déclaré le président de la Cour suprême, qui examinait un recours déposé par les avocats de Imran Khan contre son arrestation mardi dans une affaire de corruption. "Dorénavant, aucune arrestation ne devrait avoir lieu dans les locaux d'un tribunal", a-t-il justifé.

Imran Khan, 70 ans, qui avait été renversé en avril 2022 mais reste populaire et espère revenir rapidement au pouvoir, avait été arrêté alors qu'il répondait à une convocation devant un tribunal dans ce dossier. "J'ai été traité comme un terroriste", a estimé devant la Cour l'ex-Premier ministre, qui avait ensuite été placé mercredi en détention provisoire. Son arrestation a suscité la colère de ses soutiens.

Des manifestations violemment réprimées

Des milliers de partisans de son parti, le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI, Mouvement du Pakistan pour la justice), ont manifesté pendant deux jours, incendiant ou endommageant des édifices publics. Au moins neuf personnes sont mortes dans des incidents liés aux manifestations, violemment réprimées par les forces de sécurité, selon la police et les hôpitaux. Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Volker Türk, a par ailleurs appelé jeudi les forces de sécurité pakistanaises à "la retenue" et demandé aux manifestants de "s'abstenir de toute violence".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Asie-Pacifique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.